Le bon Namur a été tiré à Monceau

Hier soir, c’est Michel Bechoux qui dirigeait l’entraînement en préparation du match contre Mersin. Satisfait de la dernière sortie des filles.

Philippe GILLES
Le bon Namur a été tiré à Monceau
Namur - Monceau (Basket-Ball) ©EdA - Christophe Beka 201356164690

La prestation namuroise, dimanche à Monceau, a eu l'heur de rasséréner Michel Bechoux, toujours assis sur le siège de coach intérimaire, dans ses certitudes (55-78). Davantage encore puisque cette rencontre a eu lieu à Ballens où Namur n'a jamais eu la vie facile. «Par rapport à Noginsk, il y a un mieux, confie-t-il. À l'entraînement de ce samedi, nous avons eu une petite discussion et j'ai trouvé que toute l'équipe était bien soudée. Il y avait une osmose entre les filles sur le terrain et celles sur le banc. Et elles ont cette fois bien répondu à notre attente. Nous avons préparé ce match comme si c'était chez nous, et dès l'échauffement, j'ai eu un sentiment très positif. J'avais particulièrement insisté sur la défense. Nous avons peut-être surpris l'adversaire avec Julie Wojta sur Sy et Laurence Van Malderen sur les ailières. Cependant, la clé du match a certainement été notre domination au rebond qui a empêché pas mal de shoots adverses. Oui, Monceau a alors joué l'interception mais nous l'avons bien contré. C'est évidemment un tout autre match que celui de jeudi quand Noginsk avait une faim de victoire, un peu comme nous ici, en somme. En Russie, les filles sortaient des systèmes, elles manquaient de créativité et n'avaient pas de lecture du jeu et, surtout, ne développaient pas de collectif.»