Antoine Palate, l’indéboulonnable Meuti

Travailleur de l’ombre, Antoine Palate rayonne dans l’entre-jeu des Verts. Le récupérateur, c’est lui.

Jérôme Noël
 «Palacios» a récupéré de précieux ballons, seul devant la défense.
«Palacios» a récupéré de précieux ballons, seul devant la défense. ©ÉdA – J-Ph. Pickar 

S’il y a un joueur qui fait obligatoirement partie de l’échiquier de Laurent Gomez, c’est Antoine Palate. Celui que l’on surnomme "Palacios" est précieux et indéboulonnable cette saison. Face à Ganshoren, samedi soir, il s’est promené et a récupéré de précieux ballons. C’est la seconde fois cette saison, après Stockay, qu’il joue seul devant la défense et derrière deux milieux légèrement offensifs. "C’est un dispositif qui me plaît. Ça se prêtait particulièrement bien à ce match car Ganshoren ne jouait qu’avec un offensif. Lorsqu’il y en a plusieurs, c’est plus compliqué car nous risquons d’être davantage acculés et pris dans le dos." Un système de jeu qui lui permet aussi de davantage distribuer le cuir vers l’avant. "Car il y a plus de solutions devant moi. Franchement, les deux systèmes me conviennent. Je m’adapte. Je suis juste déçu pour Jonathan Coquelle avec qui j’ai l’habitude d’évoluer et qui s’est retrouvé sur le banc avec ce dispositif. C’est un choix tactique et je le respecte. Il possède aussi les capacités pour jouer un peu plus haut à la place de Justin Gaux ou Cyril Rosy (NDLR: ce dernier sera suspendu face à Jette)."