D’un art de guerre…

…à un chemin de vie. Tel est le slogan du club de Ju-Jutsu traditionnel de Meux. Le Ju-Jutsu traditionnel est une voie d’évolution humaine à part entière… Par un travail sur la concentration, la respiration et les techniques physiques, cet art martial d’origine japonaise apporte bien-être et épanouissement au pratiquant.

Françoise SOETENS

Il apprend le respect, à donner et à recevoir une technique et à garder le calme pour vivre le moment présent. Le club de Meux compte une quarantaine de membres dont la moitié sont des enfants. Les deux entraîneurs sont Maxime Gramme, 23 ans qui pratique cet art depuis ses 8 ans et Nicolas Devos dont le métier est infirmier. Comme nous l’explique, Jérôme Fisse, le Ju-Jutsu traditionnel est plus un art de vivre qu’un art de guerre, bien qu’il soit né au temps des Samouraï, à l’époque féodale au Japon où le guerrier devait continuellement s’améliorer pour combattre. Aujourd’hui, il s’agit davantage d’un chemin de perfectionnement de soi avec l’idée de bien faire les choses plutôt que d’atteindre un objectif. Une notion qui est évidemment à l’opposé de notre société actuelle où l’on fixe des objectifs à tout va, sans pour autant demander que les choses soient bien faites. Jérôme Fisse nous explique que le Ju-Jutsu l’aide énormément dans sa vie professionnelle et dans l’éducation de ses enfants auxquels il apprend le respect des choses. Le Ju-Jutsu peut se pratiquer dès l’âge de 4 ans. Comme au judo, différentes ceintures de couleurs jalonnent le parcours du pratiquant. On part de la ceinture blanche pour un jour peut-être atteindre la ceinture mauve qui n’est remise qu’au Japon. Il faut avoir la ceinture noire pour pouvoir donner des cours. Ceux-ci sont donnés tous les lundis à l’école de Meux de 18 h 30 à 19 h 30 pour les enfants et de 19 h 30 à 21 h pour les adultes.