« J'aimerais courir en France »

Valentin Renson n'a rien laissé au hasard durant son écolage. Pour sa première saison en Inter, il est actuellement leader du général.

Laurent AIDANS
« J'aimerais courir en France »
11806085 ©© EdA

Entre Valentin Renson et le quad, c'est l'histoire d'un coup de foudre né alors qu'il avait neuf ans. Ce jour où son père, Claude (ancien champion de motocross dans les années 80) lui proposa d'enjamber le quad agricole pour l'accompagner dans les champs et prairies de la ferme familiale. Naturellement, il pensait le guider vers le motocross mais le jeune Valentin préféra le quad. La voie, ou plutôt la piste, était ainsi tracée. Rapidement, à neuf ans et demi, il participa à ses premières courses et termina cinquième de son premier championnat en BQR (Belgian quad racing). La passion, mais aussi la détermination et son talent inné, lui font remporter les championnats nationaux en cadets (2 fois), juniors (1 fois) et nationaux l'an dernier .

Toujours en cadets, il décrocha un titre de champion d'Europe. « Mon premier titre en cadets restera une image forte car, l'année suivante, j'avais perdu celui en minime à Saint-Denis. Cette année-là, il y avait beaucoup de concurrents et je ponctuais une saison où ma progression avait été constante. »

Le sens de la trajectoire

Avide des conseils de son père et de son oncle, Jean-Marie Renson, il acquiert un pilotage qui se distingue quasi directement dans sa régularité et surtout dans les trajectoires. Un bagage qui lui permet aujourd'hui de découvrir les épreuves en Inter au BQR mais aussi les courses organisées par la FMB (Fédération motocycliste de Belgique).

« Quand mon père roulait, j'allais le voir. J'étais admiratif de sa technique. Sans le savoir, j'ai sans doute beaucoup appris en le regardant, souligne Valentin Renson. Sur le quad, je ressens beaucoup de plaisirs, de sensations. Il m'est encore aujourd'hui difficile de mettre des mots pour exprimer la sensation de vitesse, la hauteur dans les sauts.

»

L'heure des choix

Les 10 et 11 juillet derniers, il a participé avec Maxime Cluydts à l'endurance BQR des 8 h de Bastogne. Une épreuve européenne relevée sur un circuit rendu difficile par la chaleur. Là, après la course, il sortit même malade au moment de passer le relais.

Toutefois, c'est lors des essais qu'un déclic semble se produire : il se classe deuxième derrière l'anglais Pol Winrow, un quadeur du Top européen. « Je vais terminer la saison dans le championnat BQR avant, sans doute, de passer à la FMB afin de progresser. Car je retiens de mon expérience à Bastogne que les épreuves sont difficiles sur le plan physique. Il me reste encore une étape à franchir avant de faire partie du top européen. Je devrai par exemple accentuer les entraînements. »

Les prochains mois s'annoncent donc comme un tournant pour le quadeur de Saint-Denis qui vient de terminer sa sixième année en mécanique à l'ITN et qui se dirige vers une septième en complément d'entretien (fraisage, tournage et soudure). « L'année prochaine, j'aimerai disputer quelques courses en France pour me frotter à des pilotes de classe européenne. Mon rêve ? Faire du quad mon métier et devenir ainsi le premier quadeur professionnel de Belgique . »