À Saint-Denis, début septembre

Les 4 et 5 septembre, Jean-Marie Renson et son staff organiseront une épreuve d'endurance et quatre manches BQR. Détenteur d'un permis d'environnement, classe 2 pour une durée de vingt ans, le circuit de Saint-Denis se veut spectaculaire et met en évidence toutes les qualités des pilotes.

À Saint-Denis, début septembre
11806086 ©© EdA

« Pour l'organiser, nous avons besoin chaque année de onze autorisations. C'est un vrai parcours du combattant qui demande du sérieux et un sens de l'organisation », souligne J.-M. Renson.

Pour ce faire, une dizaine de bénévoles se mobilise pour les préparatifs et le staff grossit de trente unités supplémentaires le jour des épreuves. Saint-Denis est aussi une organisation rigoureuse, au niveau de la sécurité mais aussi au niveau du respect de l'environnement.

« Nous avons un service de surveillance qui fonctionne même la nuit. Chaque quadeur reçoit des consignes strictes afin de respecter le voisinage. Les quadeurs qui viennent ici sont des compétiteurs et n'ont rien à voir avec ceux qui pratiquent le quad de manière sauvage. Le quad souffre d'ailleurs beaucoup de cette minorité qui donne une image fausse de notre sport. Cette année, nous accueillerons les pilotes du championnat Ebaco (East Belgium autocross organisation) . »

Un circuit qui sera imaginé par Jean-Marie et son frère. « On le dessine d'abord à main levée en nous inspirant de notre vécu dans le motocross et ensuite, avec trois personnes, nous le traçons. Le circuit est ensuite homologué par un inspecteur d'assurance. Nous restons sur deux années difficiles en raison principalement du mauvais temps. Aussi, cette année, l'entrée sera gratuite . » L.A.