La ballottine de saumon au champ

Gros ramdam de tracteurs, le 6 juin, à Sart-Eustache où plus de 400 convives sont attendus à une champêtre balade gourmande.

La ballottine de saumon au champ
11351072 ©© EDA

Le dimanche 6 juin, à Sart-Eustache, il faudra être sourd pour ne pas entendre ça et là une assourdissante pétarade de vieux tracteurs. Le comité organisateur, présidé par Damien Poulain, 28 ans, en attend plus de cent. Le terme de « concentration » n'est donc pas usurpé. Ce sera la 4e édition de ce genre, dont le succès, depuis qu'elle a ajouté à sa remorque une balade gourmande, connaît un succès phénoménal. L'an dernier, 110 tracteurs ont « dispersé » 400 convives aux 4 coins du village, vers des restos de campagne aménagés dans un cadre bucolique, ferme, grange, prairie. Son succès dépend donc de la météo. « S'il pleut, s'il vente, c'est la cata ». Depuis quelques années, le vieux tracteur, c'est tendance. Il est devenu un emblème de convivialité aussi répandu qu'une Cox ou qu'une 2 CV. Sart-Eustache est loin d'être la seule localité de campagne à s'entourer d'engins pareillement carrossés (on en voit à Meux, à Lesve etc.) mais elle est la seule à avoir pensé, dans leur vibrant sillage, un authentique parcours gourmand.

L'idée de la concentration est venue du village voisin de Le Roux (ou du Roux, pour les puristes). « J'ai trouvé ça formidable. Comme ils ne comptaient pas rééditer l'événement à Le Roux, j'ai pensé à mon village, Sart-Eustache ». Et d'autant plus que Damien, petit-fils d'agriculteur, exhibait déjà à l'époque le vieux Deutz de son grand-père, de 1951. Une relique restée vaillante : ce fut même le premier tracteur du village.

Trépidations de charme

Le 6 juin, un monde fou est attendu à Sart-Eustache, à proximité de la place, où les organisateurs, en sarrau et chapeau à paille, auront fort à faire pour canaliser le vrombissant et lumineux cortège, augmenté ça et là d'encombrantes remorques.

Le succès est d'autant plus attendu et le risque d'embouteillage d'autant plus redouté que la balade, par rapport à l'an passé, a été augmentée d'une étape supplémentaire.

Sans traîner, dès 10 h, les gastronomes seront invités à embarquer dans les remorques, à s'asseoir sur des bancs ou des ballots de paille, et à se laisser conduire jusqu'au lieu des agapes.

On imagine les trépidations du moteur, les vibrations, les cahots du chemin, qui ajouteront au charme champêtre. « Dès que ce sera possible, on empruntera le chemin des écureuils, les sentiers, les chemins en terre, les sous-bois... ». Aux cahots s'ajouteront les lumières du printemps, les bonnes odeurs du bois, des plantes et des feuillages en pleine effloraison de juin. Juin, le mois fécond où la nature explose, en couleurs, en saveurs...

Qu'est-ce qui peut expliquer pareil succès ? « C'est l'aspect rural et champêtre, de se retrouver ainsi en tracteur. C'est marrant pour les jeunes et, pour les anciens du village, ça leur rappelle les souvenirs de leurs jeunes années » poursuit Damien Poulain. Et puis, Sart-Eustache, avec sa place ombragée, son château, son étang, est un havre de villégiature.

Ce dimanche-là, le comité n'aura pas vraiment le temps d'y goûter. « Pareille organisation, pour une seule journée, c'est vraiment costaud ». P.W.