Rave party : l'organisateur arrêté

Des décibels, de la bière et de la drogue à gogo à l'ancienne halte Ardenne . La police a veillé à la remise en état des lieux.

Jacques Comps

Dimanche matin, un policier de la zone Lesse et Lhomme qui faisait du jogging, a découvert qu'une rave party était en cours à Houyet à l'ancienne halte « Ardenne », de la ligne Sncb « Athus-Meuse ». La grille de l'endroit avait été forcée, la fête non autorisée se terminait, 19 jeunes étaient encore sur place. Une sono et un groupe électrogène avaient été amenés sur place pour produire les décibels de la musique techno. L'endroit était jonché de détritus de toutes sortes. Plusieurs équipes de police sont intervenues, les personnes ont été contrôlées, l'organisateur de la rave party a été identifié. Il s'agit d'un habitant d'Izegem (Flandre occidentale). De son aveu, il s'agissait de la quatrième rave party organisée à cet endroit depuis le début de l'année.

Lors de la fouille de sa voiture, les policiers ont trouvé 50 pilules d'extasy, 1 pacson de cocaïne, 2 sachets de cannabis, des amphétamines et du LSD. Questionné au sujet de toutes ces drogues, l'organisateur s'est défendu d'en avoir vendu, il a par contre admis en avoir offert gracieusement à ses invités.

L'aspect environnemental n'a pas été oublié lors de cette intervention policière : tous les fêtards qui étaient encore présents ont été invités à nettoyer l'endroit; ils n'ont pu s'en aller qu'après une remise en état totale des lieux. Sauf l'organisateur qui a été ramené au commissariat.

Privé de liberté sur ordre du Parquet, l'habitant d'Izegem a été déféré lundi matin devant le juge d'instruction Pierre Hanin. Inculpé d'infractions à la loi sur les stupéfiants, plus particulièrement pour en avoir facilité l'usage à autrui, il a été placé sous mandat d'arrêt. Trois autres participants à cette rave party, qui étaient en possession de petites quantités de cannabis et de champignons hallucinogènes, ont été laissés en liberté.

Le Parquet de Dinant prévient que les services de police seront particulièrement vigilants en cas d'organisation d'autres rave party sur son arrondissement. Pour rappel il faut une autorisation du bourgmestre pour organiser des bals en plein air. Cette mise en garde des autorités judiciaires dinantaises équivaut à dire qu'en cas d'organisation d'autres rave party, ce sera la tolérance zéro.