L'information relance un débat

Étiqueté «information», le sujet portant sur le rapport du Conseil d'État d'un recours introduit par la minorité réanime le débat.

Pierre HIGUET

Pas content d'une décision relative au règlement d'ordre intérieur du CPAS, le conseiller Christian Matage avait introduit un recours auprès du conseil d'État. Aujourd'hui, l'heure est au bilan : le recours n'a pas abouti. Restait au bourgmestre houyetois à livrer l'information. Il l'a fait mercredi soir, lors de la séance du conseil. La communication a ravivé le débat comme on pouvait s'y attendre.

Recours en question

«Le conseil d'État ne tient pas compte du recours introduit par l'élu Christian Matagne », s'est contenté d'indiquer le bourgmestre. Cette seule phrase a suffi pour réalimenter la discussion. «On n'a pas d'intérêt personnel », s'est empressé d'ajouter Christian Lambert (opposition). Par là, il faut comprendre que l'on estime que le conseiller communal n'a pas d'intérêt légitime personnel à faire valoir. Qu'il n'est pas lésé. Et qu'il ne peut pas faire valoir l'intérêt général.

Plus technique, Christian Matagne revient sur la décision. «C'est de la jurisprudence. Celle-ci évolue. Je recommencerai. Je connais les limites. Ça prend du temps et ça peut coûter cher », a indiqué l'intéressé.

Dans la foulée, il a indiqué que le recours qu'il avait introduit au sujet de l'acquisition d'une salle à Celles avait connu le même sort.

Ponctuant la discussion, le bourgmestre Yvan Petit a rappelé que la procédure est allée partout et que la réponse a été partout identique. «On essaie de faire les choses au mieux. S'il y a des considérations juridiques, je peux comprendre mais je rappelle que ça coûte du temps et de l'argent. Si on veut faire bouger la jurisprudence, je préférerais qu'on le fasse ailleurs. »Des travaux à la pelleSi le recours a amené la discussion au sein de l'assemblée, des travaux liés à l'entretien des voiries communales ont subi le même sort. Disposant d'un droit de tirage atteignant 400000 ¤, la commune a fait ses choix. «On a fait le tour, il y a des routes vraiment endommagées. Quand on passe à Gendron, c'est une catastrophe », a expliqué l'échevin des Travaux Jean Hyat avant de lever le voile sur les différents tronçons qui avaient été choisis.

«L'an dernier, tout était à Wanlin. Cette fois, c'est Gendron. On n'est pas d'accord avec vos choix », a lancé Christian Lambert. «Custinne, Wanlin, Celles, Houyet. On est allé partout !», s'est contenté de lui répondre l'échevin concerné.

Autres travaux évoqués sans problème cette fois : des réparations liées à la tempête du 14 juillet. Les réfections de l'église de Gendron, de l'école de Celles et de l'Ermitage de Celles ont été approuvées à l'unanimité. Les montants se chiffrent à 62800 ¤ TVA comprise.