Passionné de motos anciennes

Les motos, c'est sa passion. Ce que M. Etienne aime surtout c'est remettre en état des engins venant d'un autre âge.

Pierre Higuet
Passionné de motos anciennes
11782924 ©© EdA

«Non, monsieur ces motos ne sont pas à vendre », lance immédiatement M. Étienne, habitant de Ver (Custinne-Houyet), aux personnes qui lui parlent de prix. « Si je suis ici, c'est uniquement pour faire plaisir à une personne. Je propose aux brocanteurs une animation supplémentaire », ajoute-t-il. Parmi les brocanteurs, on trouve des amateurs de pièces rares. Ceux-ci sont comblés par M. Étienne.

Il a dans le sang une passion qui l'amène à faire revivre des deux roues que l'on pensait muet à jamais. Pièce après pièce, il rend du tonus à des machines de différentes époques. Chez lui, le nombre de motos ne cesse d'augmenter. « J'en ai près d'une centaine . » indique-t-il pour donner l'ampleur du phénomène. « Une passion, c'est une passion. Quand je vois quelque chose qui me plaît, je me laisse tenter et j'achète. » Une histoire de famille Les deux roues ne sont pas arrivées d'un coup de baguette magique dans la vie du Verrois. « Dans ma famille, mon père a toujours eu des motos. Mes oncles avaient également le virus. C'est donc normal que je sois tombé dedans », raconte-t-il. Voulant en connaître plus et partager son savoir, l'homme intègre un club en 1986. Depuis, il y est resté fidèle.

Quand on lui pose de la question pour savoir quel est son coup de coeur dans sa vaste collection, M. Étienne répond sans hésiter en montrant la moto de son père, une Saroléa 1929 super-sport.

Quand les engins arrivent entre les mains du passionné, ils ne sont pas toujours en bon état. Mais quand ils sortent de son atelier, ils peuvent quasi intégrer un salon d'exposition. « Chaque moto que j'ai restaurée roule », précise-t-il.

Mécanicien, il se plaît à redonner une deuxième jeunesse aux machines. « Trois quarts du temps, c'est un problème mécanique qui est à résoudre. Je m'occupe particulièrement du moteur. Les pièces quand elles manquent, c'est un ami qui me les procure. Pour la peinture, je vais frapper à la porte du secrétaire du club. Carrossier, il a plutôt le coup de patte. »

Un an pour en restaurer une...

Compliquer de redonner la vie à un moteur qui a de l'âge ? Pas vraiment pour l'habitant de Ver : « La mécanique, en général, est simple. Elle est facile à réparer. C'était d'ailleurs fait à l'époque pour être réparé. Ce n'est pas comme maintenant . »

Pour celui qui veut acquérir une moto ancienne qui tourne c'est plutôt facile, il faut mettre le prix.

M. Étienne n'est pas de cette catégorie. Lui, il consacre des prix raisonnables. Avec cela, c'est plutôt des épaves qu'il décroche. Le but recherché, c'est restaurer les motos.

Du temps, M. Étienne en consacre à sa passion. Pour remettre certaines machines en état, il peut mettre un an. « Ca dépend beaucoup d'une moto à l'autre. Si on veut les restaurer dans l'état d'origine, il faut avoir des documents. C'est là que c'est intéressant de faire partie d'un club . »

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.