Le caporal Wexler est revenu

Vétéran US de la guerre 40-45, Palmer Wexler est revenu à Houyet. Soldat, il y avait passé quelques mois. L'émotion était au programme.

Pierre Higuet
Le caporal Wexler est revenu
11173778 ©© EdA

Revenir, oui, le caporal allait re venir sur les lieux qu'il avait connus durant la guerre. L'homme avait plus d'une raison. Il avait naturellement envie d'arpenter les lieux qu'il avait fréquentés durant la guerre mais il avait surtout l'envie de revoir une famille, les Goderniaux, qui depuis des années est la sienne. Léon Goderniaux et son épouse, notamment, ont gardé une place importante dans le coeur du militaire. Au fil des années, ce lien ne s'est pas étiolé et s'est même renforcé. Chaque fois qu'il le peut, l'Américain donne de ses nouvelles. Cette fois, il a tenu à prendre l'avion et traverser l'Atlantique, pour prendre dans ses bras les membres d'une famille qui compte beaucoup pour l'ancien GI.

Il n'y a pas que chez les Goderniaux qu'on a fait la fête à Palmer Wexler. Celui-ci a été reçu très officiellement à la maison communale de Houyet. Là, il a eu droit aux honneurs et à un cadeau. « Vous méritez toute notre gratitude. C'est avec honneur et plaisir que je vous remets un petit souvenir », a indiqué l'échevin Didier Rouard.

Palmer Wexler n'est pas le premier vétéran à qui la commune témoigne de la gratitude. Ici, on met un point d'honneur à recevoir comme il se doit les vétérans américains ou britanniques qui foulent le sol de la commune. La guerre mais aussi l'offensive des Ardennes sont encore bien ancrées dans les esprits des anciens.

Pour peu, pour cause de perturbation du trafic aérien suite à l'éruption du volcan, l'Américain loupait ses retrouvailles avec les Houyetois. De justesse, dans l'un des premiers avions qui ont repris les airs, il a pu s'embarquer.

Au château d'Ardenne

En novembre 1944, l'état-major de la division de Palmer Wexler, la 15e armée, s'arrête à Houyet. C'est dans un lieu prestigieux, le château d'Ardenne, que les Américains ont installé leur quartier général. Durant un certain temps, près de 200 soldats d'une compagnie de transmission vont s'activer.

On s'en doute, cette présence a été accueillie d'un bon oeil par la population. Celle-ci rassurait après une longue période de privation et d'oppression. Caporal, Palmer Wexler a été accueilli, à l'époque, chez les Goderniaux. Depuis, les contacts n'ont jamais été rompus.

La présence des Américains a-t-elle signifié la fin de la guerre ? Non, à quelques jours, à cause de l'offensive Von Rundstedt, les soldats américains se replient dans la région de Châlons-sur-Marne. « Ça s'est passé le soir du 22 décembre, rappelle un témoin. Tous feux éteints, les Américains sont partis vers Waulsort et la France. Tout le monde pleurait. » Sitôt l'offensive allemande arrêtée, les militaires américains sont revenus et ont retrouvé leurs hôtes. Durant près de cinq mois, des liens d'amitié ont été tissés. Pour Palmer et la famille Goderniaux, ceux-ci sont encore bien tenaces.