Meurtre de Gesves: la maman a été tuée d’une cinquantaine de coups de couteau (Vidéo)

Le parquet de Namur vient de communiquer les premiers éléments de l’enquête suite au meurtre de Yohanne Giltay, à Gesves, dans la nuit de mardi à mercredi.

Samuel Husquin
Meurtre de Gesves: la maman a été tuée d’une cinquantaine de coups de couteau (Vidéo)
©ÉdA

Le compagnon de la victime, un Gesvois de 44 ans, est toujours entendu par le juge d’instruction en charge de l’affaire. L’audition a démarré peu après neuf heures du matin ce jeudi. Le suspect, qui présentait lui aussi d’importantes blessures aux jambes (traces de lacération), a dû être hospitalisé. Dans un premier temps, ses jours étaient en danger et il a donc été entendu ce matin dans sa chambre d’hôpital. L’homme semble s’expliquer assez longuement sur ce qui s’est passé, mardi vers minuit, dans cette maison de la rue des Fonds, à Gesves.

À lire aussi |Gesves: poignardée à mort par son compagnon, condamné récemment pour violences conjugales

À lire aussi |Drame à Gesves : il poignarde mortellement son épouse

Déjà condamné pour tentative de meurtre

On a déjà procédé hier soir à l'autopsie du corps de la victime, maman d'un enfant de trois ans. "La dame est décédée d'une cinquantaine de coups de couteau portés notamment au niveau du thorax, du cou et du visage", signale Étienne Gaublomme, pour le parquet de Namur. Une analyse toxicologique est également en cours, tant au niveau du compagnon que de la victime.

Information glaçante, le Gesvois a déjà été condamné pour tentative de meurtre à l'encontre de Yohanne Giltay. Les faits remontent à l'année 2019 et déjà à l'époque, le compagnon avait agressé la Gesvoise avec un couteau. Il avait cependant bénéficié d'une suspension probatoire du prononcé. "Le couple vivait à nouveau dans une certaine harmonie", précise le parquet de Namur. Aucune formation à la gestion de la violence n'avait été imposée par la cour d'appel de Liège dont l'arrêt a été rendu en 2021. Aucune mesure d'éloignement n'avait été prise. "Les services de police n'ont plus été appelés pour des problèmes de violences conjugales depuis lors", épingle le représentant du ministère public. Jusqu'à cette nuit fatale de ce mardi 8 février.