Éduquer à la culture potagère

Pour les nouveaux repreneurs, il y a encore beaucoupà faire pour continuer à faire valoir et reconnaître notre patrimoine semencier auprès des consommateurs et des législateurs.

J.D.

Ancien consultant en stratégie, Pierre-Alexandre Péters et ses collègues repreneurs ont identifié trois axes pour faire évoluer l'entreprise dont le chiffre d'affaires annuel avoisine les deux millions d'euros. «D'abord, continuer à s'occuper de notre marché existant, c'est-à-dire nos 150 revendeurs et nos clients sur internet, en étant présent, en communiquant, etc. Deuxièmement, continuer à éduquer le grand public à la culture potagère car le semis n'est pas très compliqué et a énormément d'avantages, détaille-t-il. Et enfin, poursuivre notre croissance. Plus on sera présent, plus on promouvra les semences bio et paysannes de Semailles. Étant présente aujourd'hui en Wallonie, à Bruxelles et dans le nord de la France, la suite logique serait notamment de la faire connaître en Flandre. Pour la fin de l'été, on définira un plan d'actions à mettre en œuvre.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.