L’art de souffler le chaud et le froid

Le bourgmestre José Paulet profite souvent des vœux au personnel pour lancer quelques piques à l’opposition. Ce fut une nouvelle fois le cas.

Freddy GILLAIN
L’art de souffler le chaud et le froid
Près de 150 personnes pour la présentation des vœux et le repas qui a suivi. ©ÉdA – 406283150

«À la fin d'une législature, un bourgmestre a plusieurs possibilités pour présenter ses vœux, soit il livre un testament, dresse un bilan ou présente un nouveau programme. En ce qui me concerne, je choisirai un nouveau programme assorti de vœux sincères et réalistes et non de vœux pieux». C'est par ces mots que José Paulet a commencé son discours. Il a eu une pensée pour André Bernard qui, comme bien d'autres, traverse ce qu'on appelle les orages de la vie. Il vient de perdre son fils, il y a quelques semaines.