L'hymne ne doit pas sonner faux

La commune de Gesves a célébré en grande pompe les festivités de la Fête nationale. Bal populaire, feu d'artifice et cérémonie officielle.

Lors de la réception du 21 juillet, le bourgmestre José Paulet, accompagné de plusieurs mandataires communaux, s'est réjoui des festivités de la veille, le bal populaire et le feu d'artifice qui ont réuni près de 300 personnes. Il a souhaité que cette manifestation devienne un rendez-vous incontournable de convivialité et de fraternité pour tous les Gesvois.

Après Haltinne en 2007, Faulx-Les Tombes en 2008 et Mozet l'an dernier, c'est à Gesves qu'ont eu lieu ces festivités. Un Te Deum a tout d'abord été chanté avant le discours officiel.

Le bourgmestre a rappelé la symbolique du 21 juillet, du drapeau belge et de la Brabançonne, composée par Jenneval le 14 octobre 1830. Il a espéré que « l'invincible unité chantée dans notre hymne national ne sonne jamais faux. »

Le bourgmestre a relayé quelques thèmes repris par Albert II, à l'occasion de son message à la nation.

Le bourgmestre s'est particulièrement adressé à la jeunesse et a eu une pensée pour les anciens combattants, prisonniers de guerre et déportés aujourd'hui décédés et auxquels « on doit la liberté et cette chance de fêter l'indépendance ». Et de citer, début de cette année, le décès de Victor Marchal qui aurait eu 96 ans, il y a quelques jours. Ils sont encore deux à avoir connu le dernier conflit mondial, Jules Parmentier, qui aura 96 ans le 20 août, et le fidèle porte-drapeau, Jacques Seumois, âgé de 91 ans.

José Paulet a remercié tous ceux qui ont oeuvré pour que cette Fête nationale soit une réussite. Des gerbes ont ensuite été déposées au pied de la plaque commémorative du 8 mai 1945, pendant qu'étaient exécutés l'appel Aux Champs et l'hymne national.

Pour clore cette partie officielle, un concert apéritif a été proposé par les fanfares royales de Gesves et de Faulx Les Tombes, dirigées pour l'occasion par Didier Rase.F.G.