La levée du siège de Gaza

GESVES Le collège communal a examiné la situation au Moyen-Orient, après l'assaut d'Israël qui a fait 9 morts et des dizaines de blessés. Cet assaut s'est fait contre une flottille transportant de l'aide humanitaire pour Gaza dans les eaux internationales, le 30 mai.

La motion adoptée par le collège reconnaît qu'Israël a le droit de se défendre, mais que « le raid représente un usage abusif et meurtrier de la force pour défendre un blocus qui réduit deux tiers des familles gazouies à se demander chaque jour si elles trouveront de quoi se nourrir ». Le collège a pris connaissance du vote, le 2 juin, au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU d'une résolution relative à la mise en place d'une mission d'enquête internationale sur cette intervention militaire et l'abstention de la Belgique lors de ce vote.

Il considère que cet assaut viole plusieurs règles de droit international comme le principe de la liberté de navigation en haute mer, l'interdiction d'attaquer des personnes civiles, ce qui constitue un crime de guerre et le non-respect par Israël des décisions du Conseil de sécurité lui demandant d'évacuer les territoires qu'il occupe.

Le collège a donc décidé de transmettre un courrier au ministre des Affaires étrangères, au ministre de la Coopération internationale et au ministre président du gouvernement wallon afin qu'ils appuient « la fin des entraves apportées par Israël à l'aide humanitaire envoyée à Gaza, entraves qui s'apparentent à une forme de châtiment collectif ». Il demande aussi « la levée du siège de Gaza par les autorités israéliennes en vertu de son obligation de cesser l'occupation des territoires occupés et la mise en oeuvre, sans délai, d'une enquête internationale, complète et indépendante, sur l'assaut commis le 30 mai contre la flottille d'aide humanitaire dans les eaux internationales au large des côtes de la bande de Gaza ». F.G.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.