Arrestation de 3 criminels en fuite dans une ferme à Sauvenière, à l’aéroport de Manchester et à Bogota

Le « FAST Hackathon » a déjà permis l’arrestation de trois criminels en fuite. Le premier fugitif se cachait dans une ferme, le second tentait de monter à bord d’un vol à destination du Pakistan et le troisième se trouvait à Bogota, la capitale de la Colombie.

 (photo d’illustration)
(photo d’illustration) ©EdA - Jacques Duchateau
La Rédaction de L'Avenir

Ces arrestations sont le fruit d’une étroite coopération entre de nombreux services de police, de justice et de sécurité, avec le soutien du ministre Vincent Van Quickenborne. Le FAST Hackathon, organisé le mercredi 30 mars, a déjà permis l’arrestation de trois criminels en fuite. Le premier fugitif se cachait dans une ferme, le second tentait de monter à bord d’un vol à destination du Pakistan et le troisième se trouvait à Bogota, la capitale de la Colombie.

Le FAST Hackathon, qui avait pour objectif de retrouver 40 criminels en fuite, a été organisé par la Fugitive Active Search Team (FAST) de la Police Fédérale.

"La force de cette opération de recherche a résidé dans l’étroite collaboration et l’échange d’expertise entre de nombreux spécialistes de la Police Fédérale et de la Police Locale, de la Sûreté de l’État (VSSE), du Service général du renseignement et de la sécurité (SGRS) et des douanes et accises", précise le communiqué de la police fédérale. "Pour mener à bien cette opération, les spécialistes ont eu recours essentiellement à l’open source intelligence, en investiguant des sources ouvertes. En effet, malgré leurs nombreux efforts pour passer inaperçus, les fugitifs finissent toujours par laisser l’une ou l’autre trace."

Le Ministère Public était également présent au centre de commandement du hackathon à Bruxelles. Chacun des cinq parquets généraux de notre pays et le parquet fédéral avaient désigné un magistrat afin de représenter les autorités judiciaires. Leur présence a permis de prescrire immédiatement des devoirs d’enquête et, en cas de découverte d’un suspect, d’ordonner de suite son arrestation.

Première arrestation dans une ferme à Sauvenière

Le 30 mars, le jour du hackathon, un premier fugitif a déjà pu être arrêté. Il s’agissait d’un homme qui s’était échappé de prison en Macédoine du Nord en 2021 et qui était donc recherché par les autorités de ce pays. Étant donné que cet individu avait déjà résidé en Belgique par le passé, il était assez probable qu’il se cache en Belgique. Assez rapidement, en se basant sur des renseignements tirés de sources ouvertes, les spécialistes ont pu déterminer un endroit où la personne se cachait très probablement.

Quelques heures plus tard, l’équipe FAST, épaulée par l’unité d’arrestation spécialisée de la Police Locale de Namur, a pu mettre la main sur le fugitif dans une ferme à Sauvenière, une commune de l’entité de Gembloux, dans la province de Namur.

Après son interpellation, l’homme a été déféré devant le juge d’instruction, qui l’a arrêté en vue de son extradition vers la Macédoine du Nord.

Deuxième arrestation à l’aéroport de Manchester

De nombreuses autres informations utiles sont apparues au cours du hackathon et ont permis aux enquêteurs de poursuivre leurs recherches. Elles concernaient, entre autres, le dossier d’un suspect d’une tentative d’assassinat à Bruxelles en 2018. L’individu ne s’étant pas présenté à son procès devant le tribunal correctionnel de Bruxelles le mercredi 6 avril 2022, il était évident qu’il voulait se soustraire aux sanctions qui lui auraient été infligées. Ce qu’il ne pouvait pas savoir, en revanche, c’est que son dossier avait également été sélectionné dans le cadre du hackathon. Le scénario de son arrestation avait donc été préparé au cas où il ne se présenterait pas à son procès. L’écran de fumée jeté par sa famille a rapidement pu être éliminé grâce aux informations recueillies. Il avait en effet demandé à des proches de se rendre au tribunal à Bruxelles.

L’individu, qui faisait l’objet d’un signalement international très ciblé grâce aux résultats de l’enquête, a pu être intercepté à l’aéroport de Manchester le vendredi 8 avril, juste avant de monter à bord d’un vol à destination du Pakistan. Il a été mis en état d’arrestation et la procédure d’extradition a été lancée. Le tribunal correctionnel de Bruxelles avait condamné l’auteur à neuf ans de prison pour tentative de meurtre.

Troisième arrestation à Bogota

Le 8 avril, une troisième arrestation a été effectuée, celle d’un fugitif condamné par contumace à sept ans de prison par la Cour d’appel de Bruxelles, pour trafic international de stupéfiants et appartenance à une organisation criminelle internationale. L’homme a depuis fait appel contre sa condamnation.

Au cours du FAST Hackathon, les enquêteurs étaient déjà parvenus à localiser cette personne en Amérique du Sud, mais ils n’étaient alors pas encore certains de l’endroit précis. Des recherches approfondies dans les jours qui ont suivi le hackathon ont permis de retracer petit à petit son itinéraire de fuite et son périple. En coopération avec la police et les services d’immigration colombiens, les pièces manquantes du puzzle ont pu être trouvées. Le fugitif a finalement été arrêté à Bogota. La procédure d’extradition a été lancée.