Banc bien trop léger au CEP

Le leader est tombé sur un os à Alleur. «Cela n’arrivera pas qu’à nous. Cette équipe m’a réellement séduit par son organisation et le tempo développé», reconnaît Geoffrey Dieu. Le coach du CEP l’a néanmoins mauvaise. «Nous suivons le mouvement à distance (59-44 au repos, 82-69 à la 30e ) grâce aux gros matchs habituels de Louis Hazard et Amaury Marion. Mais nous étions trop justes. Behaderovic reprend à peine. Vanesse traîne toujours la patte. Les blessures de Vandenbergh et Mahaux soulignent la légèreté du banc. Plus embêtant : nous avons oublié de défendre en nous braquant sur l’arbitrage. On nous siffle beaucoup de fautes mais le succès d’Alleur est mérité. Notre adversaire en voulait bien plus que mes joueurs.»

D.A.

Alleur 101 – Fleurus B 89