DIAPORAMA | Esperanzah!, un samedi à bloc!

Après une première journée où ils ont été un peu mollassons, les festivaliers d’Esperanzah se sont levés survitaminés ce samedi matin.

Bertrand LANI & Florent MAROT

À se demander de quoi étaient composés les petits-déjeuners engloutis sur le camping. En fait, c’est surtout la musique tantôt envoûtante, tantôt survoltée qui a réveillé le peuple. «C’est Woodstock ici», a lâché le chanteur de Grèn Sémé en début de journée. Un peu oui. Surtout quand les rythmes effrénés de la formation finissent par chasser les nuages, plutôt taquins durant les premiers spectacles.

Uman prend le relais sur la nouvelle scène Alpha… et scande son amour pour le rocksteady et Studio One, le label qui a lancé Bob Marley. Premier mouvement de foule. La pression s’évacue et le tapis rouge est déroulé pour BCUC côté jardin. Le groupe venu d’Afrique du Sud frappe fort. Bien aidé par un charismatique chanteur dont l’intensité rappelle un peu James Brown, du temps où on le surnommait Mister Dynamite. BCUC, un coup de coeur de l’organisation, qui a répondu aux attentes. La performance du festival… jusqu’ici.