"S’il faut jouer deux fois à Pâques, on le fera"

Du côté des clubs, on n’est guère étonné non plus de voir la trêve se prolonger. Tout est question de durée de la mesure…

"S’il faut jouer deux fois à Pâques, on le fera"
Le président aischois, ici à côté du coach Manu Rousselle, espère surtout que la coupure ne soit pas trop longue. ©ÉdA – 301268757578

À Aische, point de surprise dans le chef du président Francis Duchêne. "C'est une décision logique à laquelle tout le monde s'attendait. Jouer sans spectateur signifierait la mort des clubs, prévient le président des Hesbignons. Si la mesure ne se prolonge pas, cela représente chez nos équipes premières 3 matches à reporter pour notre D3 et 4 pour notre P2. En jeunes, il faut que nous prenions connaissance des calendriers avec les nouvelles séries pour être fixé sur les reports que cela implique."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...