Boneffe : permis refusé pour les douze éoliennes

Les fonctionnaires technique et délégué ont refusé le permis pour les douze éoliennes de la plaine de Boneffe. Qui ira en recours?

Samuel Husquin
Boneffe : permis refusé pour les douze éoliennes
Eoliennes

Trois rangées de quatre éoliennes alignées au bon milieu de la plaine de Boneffe. Voilà une vision qui, plus que jamais, semble bien virtuelle. Les fonctionnaires technique et délégué de la Région wallonne viennent en effet de refuser le permis sollicité par la société Air Energy.

Le promoteur éolien souhaite implanter douze machines d'une hauteur, pale comprise, de 150 mètres dans ce coin de Hesbaye, au nord des villages de Taviers, Boneffe et Branchon.

Le projet n'a guère emballé les populations locales, on peut s'en douter. Et ça s'est confirmé avec plus de deux mille signatures d'opposants collectées au cours de l'enquête publique.

De même, au niveau des avis plus officiels, on ne peut pas dire que l'arrivée de la douzaine d'éoliennes au large d'Eghezée ait spécialement fait l'unanimité. Plusieurs organismes ont rendu des avis négatifs, comme la commission wallonne au développement durable (CWED) ou le département Nature et Forêt (DNF).

Natagora, que l'on ne peut pas non plus suspecter d'aversion pour les énergies alternatives et vertes, a également livré des conclusions négatives. Avec l'arrivée de ces moulins du XXIe siècle, plusieurs espèces (busard...) qui ont leurs habitudes sur la plaine, pourraient être mises en danger. Et ça, Natagora n'apprécie pas.

Mais l'avis qui semble avoir eu le plus de poids aux yeux des fonctionnaires wallons, c'est celui de la Défense nationale.

L'armée dispose en effet d'une zone d'entraînement, pour ses hélicoptères, dans ce Platte Land situé aux croisements du Brabant wallon et de Namur.

La Défense est en train de revoir l'organisation et les délimitations de ses zones d'entraînement. Mais n'ayant pas reçu ces ultimes modifications, les fonctionnaires ont donc décidé de refuser le permis.

Par contre, à parcourir les quarante pages de la décision, on découvre que, selon les officiels, le nouveau parc éolien ne provoquerait pas de nuisances sonores supplémentaires pour les riverains.

La plus proche habitation est située à 590 mètres : une distance suffisante, estiment les fonctionnaires.

Dans les conclusions, on parle même de «recomposition intéressante du paysage». Les amoureux de l'Open Field hesbignon apprécieront.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.