Dinant: une main coupée à la machette lors d’un règlement de comptes d’une rare violence

La victime a été violemment agressée par quatre hommes armés d’objets tranchants pour des histoires de trafic de stupéfiants.

Sarah RASUJEW
 Les chirurgiens n’ont rien pu faire. L’homme a perdu une grande partie de sa main.
Les chirurgiens n’ont rien pu faire. L’homme a perdu une grande partie de sa main. ©vzmaze – stock.adobe.com 

Ahmed Ben Chikha, Mohamed Ali Boujneh, Marwen Yaakoubi et Iskander Iday ont écopé de 10 ans, 8 ans et, pour les deux derniers, de 7 ans de prison ferme devant la cour d’appel de Liège pour avoir tenté de commettre un assassinat sur un homme à Dinant. La cour a également prononcé leurs arrestations immédiates.

Le 1er juin 2019, aux environs de 22h50, les intéressés s’en sont violemment pris à un homme, en séjour illégal et né en 1994, en le blessant avec des machettes et des couteaux ! La victime a eu une main sectionnée et a été grièvement blessée au dos et aux jambes. La scène s’est produite Quai Culot à Dinant.

La cible a été victime d’un guet-apens tendu par Ahmed Ben Chikha pour qui il vendait précédemment de la drogue. Une machette dégoulinante de sang a été retrouvée sur les lieux des faits.

Deux témoins ont assisté, de loin, à la terrible agression. Elles étaient allées promener leur chien en bord de Meuse et ont entendu des cris venant de l’autre côté de l’eau. Ces personnes ont vu quatre ou cinq personnes courir vers quelqu’un et lui asséner des coups. Elles ont aperçu les reflets des couteaux s’abattre sur la victime. Les auteurs ont pris la fuite dans une voiture type Polo.

Le blessé présentait une quasi-amputation de la main gauche, des plaies multiples et profondes allant jusqu’aux muscles, notamment au mollet gauche. Il présentait aussi une blessure très profonde à l’arrière du pied jusqu’à l’articulation. L’homme avait également une plaie au dos de dix centimètres de long. Il a subi une fracture de péroné et des os de la main. Ses jours ont été en danger et il est resté aux soins intensifs pendant un mois. Il a été longuement hospitalisé et sa main qui ne tenait pratiquement plus a dû être amputée en grande partie. Il a dû subir des greffes de muscles et de peau.

"Cette attaque particulièrement sauvage s’inscrivait dans un contexte, tout à fait particulier, de trafic de stupéfiants au sein de la cité dinantaise, trafic mené par des sujets tunisiens originaires de la ville de Sfax", a souligné la cour.

Dans la nuit du 20 au 21 mai 2019, une autre agression a été commise dans une habitation de Bouvignes et les prévenus en ont été victimes, l’un étant blessé au couteau. Quatre ou cinq hommes avaient en effet défoncé la porte et fait irruption, armés d’une batte de baseball, de couteaux et d’un sabre japonais de type katana. Une autre scène lors de laquelle un homme a été emmené en voiture dans les bois non loin de Dinant avant d’être frappé a également été commise.

La cour a également prononcé une confiscation équivalente à 46 087,50 € à charge d’Ahmed Ben Chikha.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...