Du cannabis au sein de la prison de Dinant

Un détenu a demandé à sa compagne de le fournir. Tous deux sont poursuivis.

s.m.

Un homme né en 1980 est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Dinant pour avoir fait entrer une quantité indéterminée de cannabis au sein de la prison de Dinant entre le 23 mars et le 25 avril 2022. Trente mois de prison ont été requis à son encontre. Un sursis simple, sans taux précis, a par ailleurs été requis à l’encontre de sa compagne qui lui a amené les stupéfiants à trois reprises.

Le prévenu, qui se trouvait sous surveillance électronique, a brisé son bracelet pour aller faire la fête avec des amis. "Deux jours plus tard, il s’est lui-même présenté à la prison de Dinant. Un nouveau mandat d’arrêt a été délivré à son encontre. Il a alors reçu des pressions d’autres détenus pour faire entrer des stupéfiants. Les surveillants s’en sont rendu compte très rapidement", indique son avocat. "Je consommais de la drogue dure, cocaïne, héroïne, méthadone depuis mes 16 ans. J’avais arrêté tout ça depuis trois ans mais je fumais encore un peu de cannabis. En prison, je suis tombé sur des personnes que je connaissais et on a acheté à plusieurs", a ajouté le prévenu.

L’homme a un casier bien fourni. Son fond de peine est fixé à 2030 tandis qu’un sursis accordé en mai 2022 et assorti à une peine de quatre ans de prison, pour des faits de vol, pourrait tomber, en fonction du jugement dans cette affaire. Son conseil plaide l’absorption de peine. "Même si les faits ne sont pas d’une même nature, les vols commis avaient pour but de financer sa consommation. L’intention est donc la même."

Une suspension simple du prononcé a par ailleurs été sollicitée pour sa compagne. Jugement le 16décembre.