«Papi Jumper»: il n’y a pas d’âge pour faire danser

Ils auraient 80 ans mais ils restent très agiles derrière les platines. «Papi Jumper», le duo de DJ’s hard dance originaire de la province de namur, est partout cet été.

Alexandre Debatty
«Papi Jumper»: il n’y a pas d’âge pour faire danser
Les vieillards produisent aussi leurs propres sons en studio: «On se décompose et on compose!». ©JF Photographie

La semaine, Marcel et Hippolyte somnolent à la maison de repos. Le week-end, les octogénaires écument les soirées de la région, officiant derrière les platines sous le nom de Papi Jumper. Il faut voir comment leur musique – plus EDM que musette – remue les foules, leur offrant au passage une nouvelle jeunesse. C'est que les papis sont résistants. Ils tombent vite la canne, la tribune et le peignoir pour sauter en tous sens, en sandalettes et chaussettes blanches. Leur élixir de jouvence? «La soupe à l'oignon!»