Ciney : les ravages de la tempête vus du ciel

Du ciel, le spectacle des dégâts causés par la tempête du 14 juillet est impressionnant. Il y a les bâches, mais aussi tous les arbres renversés.

Michel Motte

À l'invitation de la ville de Ciney, nous avons survolé, en hélicoptère, les communes de Ciney et Hamois. Nous avons pris de la hauteur pour mieux apprécier l'ampleur des dégâts de la tornade du 14 juillet dernier.

Vus du ciel, les dégâts forestiers sont les plus impressionnants. Non que les autres le soient moins, mais si les maisons, hangars, garages et autres fermes ont été touchés ponctuellement et parfois d'une manière importante, les bois, forêts, parcs et bosquets présentent un spectacle de désolation particulièrement désolant. Et dans ce cas, il faudra attendre que le temps fasse son oeuvre : la croissance d'un arbre se jauge en dizaine d'années. Plusieurs générations de Condruziens percevront les traces de cette tempête hors du commun.

Quand on revient sur le plancher des vaches, on se rend compte que les dégâts forestiers posent d'importants problèmes pour certains propriétaires privés. Prenons le cas, notamment à la drève menant au château St-Martin, à Conneux. Plusieurs centaines de tilleuls qui faisaient la beauté de l'allée ont été coupés, brisés, déchiquetés. Ils se trouvent souvent en équilibre instable.

Le spectacle est identique au parc St-Roch à Ciney, dans l'environnement du château de Buresse où des arbres d'essences remarquables ont été terrassés, dans le bois communal de Buresse ou même sur la plaine de l'école provinciale d'agriculture de Ciney. Ou encore dans cette propriété du quartier du Congo, où l'on s'est déjà mis à l'oeuvre pour tenter de faire disparaître des traces difficiles à supporter.

Le travail n'est pas simple : il ne suffit pas d'une tronçonneuse bien aiguisée. Le plus souvent, il faudra faire appel à des grimpeurs-élagueurs spécialisés, et donc faire face à des coûts fort élevés.

Des centaines de toitures

À bord de l'hélicoptère, on est aussi frappé par le nombre de toitures sinistrées, bâchées de vert, bleu, rouge. Elles sont visibles de très loin. Le chiffre de 85 millions d'euros totalisé en dégâts privés ne semble pas surfait.

À perte de vue, entre Achêne et Hamois, ce ne sont que toitures arrachées partiellement ou totalement. Suivant des couloirs, le plus souvent : avenue d'Huart, à Ciney, au centre d'Emptinne, dans le quartier de l'église à Hamois...

Des entreprises ont payé aussi un lourd tribut à la tempête. Au garage François, à Achêne, façades vitrées éventrées, toitures arrachées laissent apparaître un vrai désastre, semblable à un bombardement.

L'entreprise MDM à Mossée-Sovet, propriété d'une des deux victimes de la tornade, a aussi été fort sinistrée. Idem pour les Ets Ronveaux, à Ciney, le hall d'accueil de Ciney Expo et pas mal de fermes tant à Emptinne, Sovet, Achêne, Hamois, Ciney, Buresse ...