Beauraing/Houyet: dans des dizaines de maisons, il a volé chaussures, gants, tente et même un morceau de… pizza

D’origine roumaine, le prévenu a sévi dans les communes de Beauraing et Houyet durant l’été 2022. Il est déjà connu pour des faits similaires, ailleurs en Europe.

S.M.
Beauraing/Houyet: dans des dizaines de maisons, il a volé chaussures, gants, tente et même un morceau de… pizza
©ricardoreitmeyer - stock.adobe.c

Une vague de vols et de tentatives de vols a frappé les communes de Beauraing et Houyet entre le 27 août et le 5 septembre 2022. Les policiers de la zone Houille-Semois ont pu y mettre un terme en interpellant l’auteur principal des faits: un Roumain déjà connu pour des faits similaires dans plusieurs pays d’Europe.

L’homme est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Dinant pour deux tentatives de vol qualifié, trois tentatives de vol simple et six vols simples. Tout est reconnu à l’exception des deux tentatives de vol qualifié. "Monsieur ne les reconnaît pas car il ne s’en souvient pas, tellement il a commis de faits. S’il n’est pas poursuivi pour tout, il a reconnu avoir visité entre 20 et 30 maisons durant cette période", précise le parquet de Namur.

Ce dernier et le président du tribunal rappellent que le prévenu a déjà été condamné en Belgique, en 2020, pour des faits similaires. Mais aussi une fois Allemagne, une autre fois au Royaume-Uni et sept fois en Roumanie. Dans ces conditions, cinq ans ferme sont requis par le parquet de Namur qui pense désormais à protéger la société. "Vous êtes un voleur professionnel, c’est votre métier. Quand on lit votre casier, c’est ce qui ressort ", lance par ailleurs le président au prévenu.

La défense, représentée par Me Eerdekens, n’est pas du même avis. "Il avait un mode de fonctionnement unique. Il rentrait dans les habitations dont les portes étaient ouvertes. Que volait-il ? Des chaussures, des gants, un morceau de pizza, de l’argent quand il tombait dessus. Il a volé un sac de couchage et une tente, dans laquelle il a été retrouvé, dans un abri de jardin. C’était alimentaire, pas pour s’enrichir ou repartir avec en Roumanie. Il n’y avait pas de caractère organisé."

Ce dernier plaide un sursis probatoire pour ce qui excède la détention préventive déjà subie, avec parmi les conditions, le lancement d’une procédure en collaboration avec une structure bruxelloise pour obtenir un titre de séjour en Belgique. Jugement le 23 février.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...