La chorale de Sclayn, de retour dans son église 21 ans après en avoir été expulsée

Elle a été contrainte de la quitter il y a 21 ans. Dimanche, la chorale, de Sclayn, va réintégrer son église pour la Sainte-Cécile. Entre joie et souvenirs…

Catherine DUCHATEAU

Emotions en plein cœur du petit village de Sclayn, mercredi soir. Vingt-et-un ans après l’avoir quittée, les chanteurs de la chorale Saint-Maurice réintégraient leur église pour une répétition des chants qu’ils proposeront demain, dimanche, lors de la célébration en l’honneur de la patronne des musiciens, sainte Cécile. "On ressent un sentiment de joie de se retrouver chez nous après avoir été écartés, de pouvoir rentrer dans nos murs", expliquait Marcel Simon, trésorier de la chorale. La raison de cet exode qu’ils n’ont eu d’autre choix que d’organiser ? La volonté du prêtre de l’époque qui, lorsqu’il est arrivé à Sclayn, a fermé l’église à tout ce qui n’était pas messe dans la plus pure tradition… Les chants de la chorale, les concerts, les expositions ? Plus question. La chorale a dès lors migré vers l’école communale du village puis le centre culturel d’Andenne où elle a continué à répéter. Les messes de Noël et autres concerts, elle les chantait dans d’autres églises alors que celle de Sclayn se vidait petit à petit de tous, ou presque tous ses fidèles. Jusqu’à ce que Jean-Michel Dive, Sclaynois d’origine, investisse la fabrique d’église de Sclayn et… décide de remettre l’église au milieu du village. Avec l’annonce de la mise à la retraite du prêtre et la réorganisation des différentes paroisses andennaises, la vie au sein de l’église de Sclayn s’annonce plus souriante. C’est que la fabrique d’église, désormais emmenée par le presque sexagénaire président, regorge d’idées pour faire revivre l’ancienne collégiale, rouvrir ses portes aux paroissiens mais aussi à tous ceux qui veulent en découvrir les richesses et la beauté.