Poursuivis pour des vols à Andenne et Walcourt : y étaient-ils ?

Deux récidivistes sont poursuivis pour un nombre important de vols, notamment à Andenne et Walcourt. Mais au moment de certains faits, l’un était sous bracelet électronique et l’autre était localisé loin du lieu du cambriolage.

Samuel Husquin
 Pour certains faits, l’un des suspects était sous bracelet électronique. La défense plaide dès lors l’acquittement.
Pour certains faits, l’un des suspects était sous bracelet électronique. La défense plaide dès lors l’acquittement. ©BELGA 

En nombre et en importance de préjudices, ces cambriolages effectués en 2018 et 2019 et reprochés à Sébastien et Massimo sont très conséquents. On parle notamment d’un vol de bijoux au domicile d’un particulier, à Andenne, avec un butin d’une vingtaine de milliers d’euros. Le casier judiciaire ne plaide en la faveur des deux prévenus. Par ailleurs, lors du cambriolage andennais, des caméras de surveillance ont capté l’image mais aussi les paroles échangées entre les suspects. Et celui qui pourrait bien être Sébastien interpelle un certain "Mass". Diminutif assez évident de Massimo… Les faits sont nombreux et le préjudice est lourd, ce qui amène aussi le parquet à requérir une peine sévère de quatre ans de prisons à l’encontre des deux prévenus. Mais du côté de la défense, on n’est pas non plus sans arguments. "Pour toute une série de vols, mon client était à ce moment-là sous surveillance électronique", fait valoir Me Ureel, pour Sébastien. Ce dernier est détenu depuis dix mois en préventive. Pour le défenseur, soit on acquitte son client pour ces différents faits, soit il faut solidement remettre en question cette technique de surveillance à distance. L’avocat de Massimo soulève un autre lièvre. Le jour du vol à Andenne, le portable que l’on attribue à son client active un pylône à 13 h 51 à Gembloux et une minute plus tard à Champion. Et les cambrioleurs pénètrent dans le domicile ciblé à 14 heures à Andenne. "Or selon Googlemap, il faut 26 minutes pour parcourir ces distances", relève le conseil de Massimo. Sur cette prévention également, c’est l’acquittement qui est plaidé. Jugement le 19 décembre.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.