Les mots terribles de l’accusé à propos de sa mère à la cour d’assise de Namur : « J’aurais voulu la voir pousser son dernier souffle »

Face aux experts, Laurent Badot, accusé du meurtre de sa maman, a eu des mots terribles. Mais aussi des propos… stupéfiants.

Samuel Husquin
 Froid et distant, l’accusé a même été décrit comme plongé dans «une anesthésie affective».
Froid et distant, l’accusé a même été décrit comme plongé dans «une anesthésie affective». ©ÉdA – Florent Marot 

"C’est une femme que je déteste. J’ai peur qu’elle ne soit pas morte. […] Je l’ai vue au JT. Je l’ai vue aussi passer devant le commissariat." Ces propos étonnants et même stupéfiants, ce sont ceux tenus Laurent Badot lors de son entrevue avec les experts judiciaires. Nous sommes en juillet 2020, quelques semaines après le drame. On peut donc légitimement se demander si l’Andennais, à ce moment, n’a pas perdu la carte.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.