Viol et violences à répétition: quinze ans de prison pour l’ancien légionnaire beaurinois

Il était poursuivi pour des faits de mœurs et de violence commis à l’égard de ses propres enfants, notamment, durant de nombreuses années.

S.M.
 C’était la guerre à la maison. L’omerta régnait.
C’était la guerre à la maison. L’omerta régnait. ©specnaz7 – stock.adobe.com 

Un père de famille, né en 1964 et originaire de Beauraing, a écopé, mercredi matin, devant le tribunal correctionnel, d’une lourde peine de quinze ans de prison ferme. C’est ce qu’avait requis le parquet de Namur à son encontre.

L’homme était poursuivi pour des faits de viol, d’atteinte à l’intégrité sexuelle et d’inceste commis sur deux de ses filles, depuis leur enfance jusqu’à leur adolescence, à Beauraing. Durant l’enquête, quatre autres femmes de la famille (les trois nièces et la belle-sœur du prévenu), ont également affirmé avoir été victimes d’agressions sexuelles. Mais ces faits étaient prescrits.

On lui reprochait également de nombreux coups portés à son fils entre 2016 et 2021. Les violences sévères ont commencé lorsqu’il avait 7 ans. Quand il a eu 11 ans, son père a estimé qu’il devait encore serrer la vis.

Ancien membre de la Légion étrangère, le prévenu terroriserait tout le monde au sein de sa propre famille au point de faire régner l’omerta. Le voir sortir de prison était la crainte principale des victimes de ses agissements.

Dans son jugement, le tribunal a notamment tenu compte du "caractère abject des faits", de la ruse et des manœuvres utilisées par le prévenu pour "assouvir ses pulsions les plus fines", de la violence "gratuite et inouïe " dont il a fait preuve à l’égard de ses propres enfants et de sa personnalité. Les experts n’ont, en outre, pas pu garantir l’absence de récidive si un sursis probatoire était prononcé.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...