Matériel pour plantations de cannabis à Jambes: des sanctions clémentes

La Cour a prononcé des peines particulièrement clémentes dans le dossier Terra Terra, alors que le parquet général avait requis jusqu’à 10 ans de prison ferme.

Sarah RASUJEW
 À Jambes, la police avait posé des scellés.
À Jambes, la police avait posé des scellés. ©EdA - Florent Marot 

La Cour d’appel de Liège a rendu une décision particulièrement clémente dans le dossier Terra Terra, du nom de cette société qui vendait du matériel utilisé pour réaliser des plantations de cannabis dans ses magasins à Namur, Genval, Marcinelle, Jette et Bruxelles. En effet, la Cour a prononcé des suspensions du prononcé, des peines de travail et 10 mois de prison ferme contre trois prévenus qui faisaient défaut alors que le parquet général avait requis jusqu’à 10 ans de prison ferme, 75 000 € d’amende et une interdiction de commercialité de cinq ans. La Cour a uniquement retenu le blanchiment d’argent et a constaté le dépassement du délai raisonnable pour être jugé avant de prononcer des peines particulièrement clémentes excepté pour la société elle-même. La Cour a déclaré irrecevable l’appel du parquet concernant un possible internement d’un des fondateurs de la société.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...