La rétro 2022 en province de Namur : décembre

Des bâtiments emblématiques qui disparaissent, une collection de près de 1000 pères Noël, des étudiants par centaines pour fêter Saint-Nicolas... Voici ce qu'on a retenu de l'actu du mois de décembre 2022 en province de Namur.

Alexis Seny

En poussière ou en fumée, ils ont disparu du paysage

À l’heure de dresser les sapins, le dernier mois de 2022 fut aussi l’occasion de faire table rase de certains édifices emblématiques à Dinant, Namur ou Jemeppe-sur-Sambre.
Démolition du Beau Rivage à Anseremme
Démolition du Beau Rivage à Anseremme ©Jean-Pol Sedran

C’est sûr l’œuvre de l’Homme prend beaucoup plus de temps à être construite que défaite (même si les procédures et recours pour y arriver sont parfois longs). Quelques coups de bull, et patatras, tout tombe en gravats.

À Anseremme, le Beau Rivage n’aura jamais cent ans. Construit dès 1923, celui qui fut un hôtel luxueux et immanquable, à la sortie de Dinant, a été démoli le 6 décembre. Au cours de son histoire, après avoir logé la clientèle bourgeoise dans ces dix chambres, le bâtiment avait abrité les Pères Barnabites à la fin des années 50 avant de devenir un haut lieu populaire : la base de location des kayaks Libert avec friterie et café, jusqu’à son rachat par le concurrent, Pitance. Inoccupé depuis, et se dégradant, le terrain était devenu était convoité par un commerçant voisin en vue d’y déménager et d’y agrandir son supermarché. La Ville avait dit non au projet une première fois en 2020, elle a cette fois donné son feu vert, contre l’avis de la Région Wallonne.

Une page s’est tournée aussi dans la rue des Carmes, à Namur, où l’ancienne Fortis a commencé à être détruite, le 7 décembre. Elle laissera sa place à 70 appartements, 400 m2 de zones commerciales et 80 m2 de professions libérales, 700 m2 de hall omnisports et espace fitness. Et du parking. Le chantier sera l’occasion de connecter le quartier à la rue Godefroid via la venelle Évelyne Axell (l’équivalent d’une demi-place de l’Ange). Depuis la fermeture du siège historique de la banque, squatteurs et occupation culturelle s’étaient succédé.

À Onoz, enfin, dans des circonstances moins maîtrisables, ce sont les flammes (sans doute d’origine criminelle) qui ont eu raison de l’ex-discothèque et club échangiste Le Chalet, le 16 décembre. Désaffecté depuis des années, le lieu avait à nouveau défrayé la chronique, en août dernier, quand un millier de plants de cannabis y avaient été découverts.


Le chiffre

10 mètres de profondeur, 3 de circonférence: c’est le trou constaté par un Isnois sur son terrain. Vite sécurisé. Il pourrait être le reste d’un débourrage du puits creusé dans les années 20’s, pour évaluer le gisement de marbre noir aux Isnes.


En bref

Faits divers Le 1/12, un septuagénaire walcourien est mort à Auvelais, renversé par son camion dans l’entreprise Bruco. Le 7/12, à Rochefort, un père de famille est décédé au volant après avoir dérapé et percuté un arbre. Le 18/12, une quinquagénaire a trouvé la mort sur l’E42 (Émines), dans une collision, sous une pluie verglaçante. De nombreux incendies ont aussi eu lieu, plus ou moins importants. C’est la nuit de Noël qui fut la plus dramatique: à Waret, Marc, 51 ans, avait réveillonné avec ses parents quand il a regagné son «domaine», à l’arrière de la maison. Le feu a pris, ne lui laissant aucune chance. Le 4/12, armé d’un revolver, un ado a tiré sur son père, à Jambes, sans trop de gravité heureusement. Le 23/12, enfin, quelle mouche a piqué cet automobiliste? Il a percuté volontairement la voiture d’une dame convoyant ses 2 enfants. Le chauffard a été placé sous mandat d’arrêt pour tentative de meurtre!

Le Pointculture a fermé ses portes, le 16/12, après une dernière soirée. Les prêts passeront désormais par les bibliothèques de la FWB. Mais ses missions de médiation continueront.

Miavoye n’est plus une zone blanche, grâce à une 1re belge réalisée par Proximus, mêlant fibre optique et faisceau hertzien. La connexion internet est désormais honorable.

Après la tornade de 2021, le Parc de Beauraing, laissé désolé, reprend racine. Pins et bouleaux ont été plantés. Avant d’autres essences dans un 2e temps.

Un pont, certes trop haut mais praticable a enfin été mis en service à Franière, village coupé en deux durant un an et demi. Les travaux pilotés par Infrabel ont pris beaucoup de retard.

Classe inclusive L’implantation «Voisin» du collège Saint-André à Auvelais prépare activement la rentrée 2023 d’une première classe inclusive. Un partenariat avec le centre Claire d’Assise de Bouge qui sera vecteur d’autonomie sociale et d’émancipation pour des ados porteurs de déficience.

Une Roseraie contre l’isolement Le CPAS sambrevillois a inauguré à Tamines un centre communautaire. Les adultes de tous âges, en proie à l’isolement, y auront l’occasion de papoter et de participer à des animations.


L'image

950 pères Noël à Eghezée.
Noël passé, il va falloir tout ranger ! 950 pères Noël de différentes tailles, 200 piles, des blocs électriques supportant dix prises. C’est sûr, pour fêter l’homme rouge au traîneau tiré par des rennes, Christian et Martine Thone mettent les moyens. Le village du Père Noël n’est pas en Finlande, c’est Noville-sur-Mehaigne ! ©EDA

La phrase

«On était assimilé à une fanzone plutôt qu’à un marché de Noël. Une déception en termes d’affluence.»

Le foot Christmas Village de Temploux a fait pschitt. Comme les Diables.


Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...