Sombreffe: Carwall nettoyé par les organisateurs de la rave party

Le bourgmestre Étienne Bertrand a réagi après la rave party clandestine qui a envahi les ateliers déserts de l’usine Carwall, le soir du réveillon.

La Rédaction de L'Avenir
Les ateliers désertés après la faillite de Carwall, en 2019, sont appelés à accueillir la première antenne en Wallonie de la société flamande Van Duyne, spécialisée dans la fabrication et la vente d’éléments de construction en béton précontraints. Début des travaux en mai 2023.
Les ateliers désertés après la faillite de Carwall, en 2019 ont accueilli une rave party clandestine le soir du Nouvel an.

Lundi, à nos confrères de RTL TVI, il a rappelé que l’autorité publique n’a pas vocation à interrompre une soirée festive dans un lieu privé, fût-elle effrayante par sa dimension et violeuse d’une propriété privée. Enfin, le bourgmestre a indiqué que des membres du collectif organisateur sont revenus d’initiative lundi soir à Sombreffe pour effacer les dernières traces de cette party monstre. Pour rappel, celle-ci a attiré entre 4 000 et 5000 personnes et laissé derrière elle quelques gros dégâts à la clôture.

C'est à croire que ce ramdam médiatique a fait prendre conscience au collectif, certes tardivement, du caractère illégal de sa soirée, des dangers encourus. Le bourgmestre a invité le collectif à se faire connaître auprès des autorités et des nouveaux propriétaires du site, la société Van Thuyne, établie à Waregem.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...