Rétro 2022 en province de Namur : août

Replongeons-nous dans l’actu d’août : des festivals qui revivent, des scouts de corvée et un dernier hommage à Nico Becker, tué par balles à Gembloux.

Samuel Husquin

Le dossier : Festivals : des renaissances et même une naissance

Quand il fait chaud, rien de tel qu’un bon bain… de foule.
Quand il fait chaud, rien de tel qu’un bon bain… de foule. ©EDA

Confinement, déluge… les festivals namurois ont connu pour la plupart deux années sacrifiées. Mais l’été dernier, des millions de notes et des hectolitres de bières (dans des gobelets réutilisables) ont pu à nouveau être déversés à Namur, Floreffe, Méan ou Gedinne.

Le soleil de plomb a fait monter le mercure mais aussi les chiffres de fréquentation.

Le 1er août, on dressait ainsi le bilan d’Esperanzah ! avec une vingtième édition qui a attiré 36 000 festivaliers, un retour aux affluences d’avant-Covid.

Aux Solidarités, ils étaient 52 000 sur le site de l’esplanade et du Théâtre de Verdure pour Lavilliers, Cali, Biolley, Clara Luciani… Les organisateurs sont déjà au taquet pour l’année prochaine, à la fois pour l’affiche mais aussi pour la nouvelle organisation. On sait ainsi déjà que “Louise Attaque” sera de la partie pour une édition 2023 qui se tiendra du 25 au 27 août sur le parc d’activités économiques d’Écolys, à Suarlée. “Le site offre un accès plus facile, de plus grandes possibilités de parking, une offre hôtelière, avec un plus faible nombre de riverains pouvant être touchés par les nuisances”, avait justifié Denis Gerardy, pour l’organisation.

Dans le petit monde des festivals, il y a aussi des arrivées et des départs. Sur le premier point, on a donc assisté à la naissance du Gedinne Summer Festival, au cœur de l’Ardenne namuroise. Avec une fréquentation encourageante située entre trois et quatre mille personnes.

Mais comme dans toute aventure humaine, il y a aussi un point final. C’est le cas pour le Metal Mean, festival dédicacé depuis 17 ans au rock et musiques extrêmes. 2 000 festivaliers sont venus saluer ce départ, pour la plupart, tout vêtu de noir. Une tenue de circonstance.


Le chiffre :

40000 à 60 000 m3d’eau, c’est l’immense réserve d’eau qui pourrait être contenue dans le sous-sol de Focant. Ces tunnels longs de 600 mètres ont été creusés dans les années 60 pour la construction d’un accélérateur de particules.


L’actu du mois en bref :

Les scouts de corvée

Les camps, ça met de la vie dans le village. Parfois un peu trop, comme à Baillonville, au début du mois d’août. Quelques jeunes scouts, lâchés dans la nature, s’en sont pris à des gamins du coin. Sanction ? Plutôt que de leur imposer une amende administrative, il leur a été suggéré d’aller nettoyer deux cimetières. Une manière pédagogique de faire passer le message.

Feu de forêt

L’été a été marqué par une terrible sécheresse dans nos régions. Avec de nouveaux périls à gérer pour nos services de secours. Pour mieux se préparer, les pompiers de la zone Dinaphi ont ainsi effectué le 7 août un exercice de contrôle de feu de forêt, à Mouzaive, au cœur de l’Ardenne namuroise.

Sur les rails

Les amis des Chemins de Fer du Bocq ont fêté leurs trente ans, le week-end de la mi-août. Et un joli cadeau n’a pas tardé à arriver. Il y a quelques jours en effet, la Région wallonne leur a annoncé un subside de 1,3 million pour entretenir le réseau et développer encore un peu plus leur belle activité touristique. Tout est sur les rails.

Chine mais pas chien

200 000 visiteurs, près de 300 000,00 € de chiffre d’affaires… La brocante de Temploux a connu une année record. Et ce sera à nouveau tout bénéfice pour les associations et clubs sportifs aidés par les rois de la chine.

Chalet en herbes

Discothèque, temple du thé dansant mais aussi club libertin… le “Chalet”, à Onoz, a connu plusieurs vies. Les dernières étapes sont moins glorieuses. Le 2 août, une perquisition a permis de découvrir une vaste plantation de cannabis. Le 16 décembre, c’est un incendie volontaire qui ravageait les lieux.

Collège mouvant

Le 18 août, c’est un jour de départ au sein des collèges de la Basse-Sambre. À Sambreville, c’est Olivier Bordon qui claque la porte. On perçoit de vives tensions internes au PS local. À Jemeppe, l’échevin Thomas Lambert prend également congé. Les raisons sont différentes : il déménage et quitte ainsi le sol jemeppois.

Du côté de Charleroi :

Mon voisin, ce héros

Le 4 août, un incendie fait rage dans un immeuble à appartements de Marcinelle. Un courageux n’hésite pas à défoncer la porte de ses voisins pour mettre à l’abri le couple de parents et leurs trois petits enfants.

Au sabre

Le 11 août, un gros déploiement policier est constaté dans l’avenue de Waterloo, à Charleroi. Une violente altercation vient de se produire et l’un des protagonistes a porté des coups avec… un sabre.

On a eu chaud

La région sambrienne souffre aussi de la sécheresse. Et c’est même un début de panique, le 10 août, quand le feu prend dans les broussailles du terril du Cazier, à Marcinelle. Les dégâts seront finalement limités.


La citation du mois :

“À Namur, les gens, les pigeons, les chiens, les chats ont peur de moi.” Yann Moix, le président de l’Intime Festival, l’événement littéraire organisé par le meilleur sosie de Cloclo, Bernard Frédéric, également connu sous le nom de Benoît Poelvoorde.

En Basse-Sambre : “Étant devenu un caillou dans la chaussure de certains, c’est après une longue période de réflexion que j’ai pris la décision de privilégier ma vie privée et familiale.” Olivier Bordon, échevin sambrevillois démissionnaire.


L’image du mois :

Un dernier hommage à Nico Becker à Gembloux.
Un dernier hommage à Nico Becker à Gembloux. ©EDA

Le 25 août à 11 h 30, motards et marcheurs ont formé un cortège à Gembloux, afin de rendre un ultime hommage à Nico Becker. Ce Jemeppois de 21 ans a été tué par balles. Son corps avait été retrouvé le 8 août dans une voiture incendiée à Lonzée. Des faits pour lesquels Gaëtan Legros, un Gembloutois de 30 ans, est en aveux. L’affaire trouvera son épilogue judiciaire devant la cour d’assises.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...