1,4 million de subsides pour le Foyer communal de Gembloux

Fin 2022, le ministre des Pouvoirs locaux a débloqué une enveloppe pour la rénovation énergétique de bâtiments publics.

Vincent Desguin
 La piste d’une démolition reconstruction du Foyer communal serait moins onéreuse et plus fonctionnelle qu’une simple rénovation.
La piste d’une démolition reconstruction du Foyer communal serait moins onéreuse et plus fonctionnelle qu’une simple rénovation. ©ÉdA-Vincent Lorent 

Au cœur de Gembloux, place Arthur Lacroix, la salle du Foyer communal est un lieu de fête qui a vu défiler depuis sa construction de nombreuses générations de Gembloutois. Comme elles, le bâtiment a vieilli au fil des décennies. Depuis quelques années déjà le constat est unanimement partagé: les lieux ne répondent plus aux besoins actuels. Il y a lieu d’agir. Les autorités communales en sont conscientes et ont inscrit le projet dans le programme de la législature. Plusieurs pistes ont été envisagées, car les carences du bâtiment sont nombreuses. "Au niveau énergétique, les performances sont très mauvaises. Les espaces sont peu fonctionnels, notamment la grande salle avec son sol en escalier… l’acoustique est mauvaise, les plafonds sont également trop bas, ce qui empêche certains spectacles de s’y tenir. Par ailleurs, les espaces de rangement sous pente ne sont pas pratiques…", égrène Emmanuel Delsaute (Bailli), échevin du Patrimoine. À une rénovation complexe et coûteuse qui ne donnerait finalement pas pleinement satisfaction, c’est l’option d’une démolition reconstruction qui est à ce stade préférée. À ce titre, mi-décembre, Christophe Collignon (PS), le ministre des Pouvoirs locaux a annoncé, dans le cadre du Plan de relance de la Wallonie, débloquer quelque 103 millions d’euros pour la rénovation de bâtiments publics. La candidature gembloutoise pour le Foyer communal a été retenue et un subside d’1,4 million promis. Un montant non-négligeable, car les appels à projet pour un édifice de ce genre sont peu nombreux. Cette manne contribuerait à concrétiser le nouveau bâtiment imaginé, prévoyant une nouvelle grande salle avec loge, cuisine, bar ; une salle de taille moyenne ; des salles de réunion, des bureaux et des espaces techniques… "On garderait la même surface, mais les volumes seraient nettement mieux optimisés, agencés et plus pratiques. Aujourd’hui, beaucoup d’espaces sont perdus", pointe Emmanuel Delsaute. Pour mener à bien un tel dossier, la part communale est estimée à près de 4 millions d’euros hors TVA.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...