La conseillère n’a fait que passer

Des chaises étaient vides au conseil de mercredi soir. Deux ordres du jour ont été expédiés en une heure trente.

Michel MOTTE
 Le domaine du Pairy à la belle époque. Il est toujours à vendre.
Le domaine du Pairy à la belle époque. Il est toujours à vendre. ©ÉdA

C’était le second conseil communal du bourgmestre Simon Bultot, mercredi. Une soirée assez amorphe qui a réuni autour de la table, CPAS et commune. Le premier point de l’ordre du jour visait justement l’annulation de l’élection, le 1er  décembre, d’une conseillère de l’action sociale, Michelle Caes. Cette dernière devant remplacer le conseiller démissionnaire, en l’occurrence, le nouveau bourgmestre. La raison ? L’article 14 de la loi organique des CPAS qui précise que "le groupe politique du membre à remplacer propose un candidat de même sexe que le membre remplacé ou un candidat du sexe le moins représenté au conseil". Un homme devait donc remplacer un homme s’il y en avait un. C’est Florian Istace, 36 ans, d’Hastière-Lavaux que le conseil a finalement élu, mercredi. Dommage pour la jeune conseillère de Blaimont, victime de la loi, et qui est passée en coup de vent au CPAS.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...