Pour juillet 2023, les Français de Namur veulent partager les fêtes nationales avec les Belges

Les Français de Namur veulent organiser deux bals pour les fêtes nationales du 14 et 21 juillet. Parce qu’il faudra bien ça pour se retrouver.

S.Hq.
 Les couleurs belges prendraient le relais des françaises, une semaine plus tard.
Les couleurs belges prendraient le relais des françaises, une semaine plus tard. ©ÉdA – 60364130748

LaFrance, c’est la nationalité étrangère la plus représentée à travers la province de Namur. Même langue, même culture et souvent des histoires familiales et professionnelles qui s’entrecroisent… la communauté est particulièrement intégrée et donc assez discrète.

"Pour le vote, quatre mille citoyens français sont inscrits sur le registre", précise David Dannevoye, consul honoraire de la France à Namur. "Mais on estime que le communauté globale, c’est douze mille personnes."

Pour densifier les liens franco-belges, l’association des "Amitiés franco-belges de la province de Namur" provoque des occasions de se rencontrer. C’est le cas tous les quatrièmes jeudis du mois, avec l’apéro dans un bistrot namurois.

Mais depuis quelque temps, l’association tente d’aller plus loin. "Et cette année-ci, on est bien partis pour concrétiser le projet", se réjouit David Dannevoye. "L’idée est d’organiser le bal du 14 juillet qui, traditionnellement en France a lieu… le 13 juillet, histoire de se remettre le lendemain", s’amuse le consul. "On organiserait un marché du terroir avec les produits français (et locaux ?) et on garderait le même site pour organiser aussi le bal du 21 juillet… le 20." La logique est respectée.

"Si les relations ont été quelque peu plus tendues à cause du foot, c’est encore en faisant la fête qu’on renouera les liens", insiste David Dannevoye, le premier à mettre en application cette sage doctrine. "Des contacts sont déjà pris avec le bourgmestre et il semble que le site le plus indiqué pour organiser cette double animation, ce serait la place Maurice Servais." Tout cela est encore à confirmer mais les volontés franco-belges semblent converger. "On est tellement proches", insistent encore les Franco-Namurois. "Et ce n’est d’ailleurs pas étonnant que seulement une semaine sépare nos deux fêtes nationales."

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...