Belgique-Canada: le prono de Pépette, la tortue de Vedrin (vidéo)

Pépette, la tortue qui anticipe les résultats des matchs des Diables, a grossi et… est désormais un mâle. Elle remet le couvert à l’occasion de la Coupe du monde.

Bertrand LANI

Tripler son poids en un an et demi est plutôt à proscrire quand on est sportif de haut niveau. Chez les jeunes tortues, par contre, cela témoigne d’une excellente santé et d’une courbe de croissance normale. Ainsi, Pépette, la plus célèbre carapace du Namurois, a bien grossi depuis l’été 2021. L’animal affichait quelque 150 grammes sur la balance lors du dernier Euro au cours duquel il a pronostiqué les matches des Diables Rouges. Il a depuis pris 500 grammes et a surtout acquis l’expérience des grandes compétitions. Le voilà donc prêt à remettre le couvert à l’occasion de la Coupe du monde au Qatar. "Il mange désormais des feuilles de radis, des morceaux de clémentines et de tomates. Et pour la première fois, on a pu le faire gambader dans le jardin", indiquent Claudine et Claude, ses sympathiques propriétaires.

Les lecteurs avertis et les fans de Pépette auront remarqué que le couple vedrinois emploie le masculin pour évoquer son animal de compagnie. "Maintenant, on sait que Pépette est un mâle", commente Claude. Et Claudine de renchérir: "C’est arrivé d’un coup. Un matin, on a cru qu’elle avait des hémorroïdes."

La trop tentante feuille d’érable

Ce bouleversement dans la vie de la tortue n’impacte en rien le dispositif mis en place pour lui permettre de prédire les performances des Diables.

À l’heure du goûter, une quantité strictement identique de nourriture est disposée de part et d’autre du but, à équidistance. Chaque zone étant estampillée du drapeau des deux nations adversaires. Le seul changement est dans l’assiette: des fleurs de campanule remplacent la laitue et les copeaux de radis dont Pépette était friand l’année dernière. Ce dernier n’a plus qu’à s’élancer depuis le rond central et déterminer laquelle des deux équipes a ses faveurs.

Pour ce premier match, le reptile de Vedrin a pris le temps mais n’a jamais changé de cap. Direction le coin droit… celui du Canada. Sans doute la feuille d’érable, qui orne le drapeau du pays, a-t-elle influé sur le choix de la tortue à l’appétit d’ogre ? Mais que les supporters de notre équipe nationale se rassurent. Lors de la précédente compétition, on avait quitté Pépette rassasié dès les huitièmes de finale. Elle avait alors erronément plébiscité le Portugal.