Le collège communal rend un avis défavorable sur le futur zoning de Suarlée

La Ville de Namur a indiqué que le projet de complexe commercial était en dehors des balises. Le promoteur, Redevco, doit revoir sa copie.

Bertrand Lani
 Manque d’intégration paysagère, débordement d’enseignes commerciales et abattage de nombreux arbres sont les arguments avancés par la Ville dans son avis.
Manque d’intégration paysagère, débordement d’enseignes commerciales et abattage de nombreux arbres sont les arguments avancés par la Ville dans son avis. ©Asymétrie

Récemment, l’Avenir relayait les inquiétudes des riverains du futur complexe commercial de Suarlée. Pour rappel, la société Redevco souhaite créer cinq enseignes (parmi lesquelles un Déma), un espace loisirs et deux horecas (dont un McDonald) à l’intersection du chemin de Morviaux avec la route de Louvain-la-Neuve (N4) et la chaussée de Nivelles (N93). Ce mini zoning intègre aussi un parking de 226 emplacements.

Les opposants craignent pour leur qualité de vie. Quarante d’entre eux s’étaient exprimés durant l’enquête publique qui s’est achevée le 12 octobre.

Et le collège communal a tenu compte de leur avis. Il a en effet rendu un avis défavorable à la demande de permis. "Les principales motivations sont le manque d’intégration paysagère avec le contexte bâti et non-bâti, le débordement d’enseignes commerciales au fur et à mesure de l’avancement du projet et l’abattage de nombreux arbres", précise le cabinet de l’échevine de l’Urbanisme Stéphanie Scailquin (Les Engagés). Cette dernière ne remet cependant pas en cause la création d’un retail park dans cette zone du territoire communal, conformément au schéma d’activité commerciale.

"La Ville de Namur émet d’ailleurs des balises pour un éventuel futur projet en adéquation avec les remarques légitimes de l’enquête publique comme envisager le stationnement en sous-sol afin de compacter le projet, limiter les surfaces nettes de commerces et celles dédiées aux loisirs et à l’horeca, mieux s’inscrire dans le relief ou encore préserver au maximum la bande boisée."

L’avis du collège namurois sera transmis aux fonctionnaires délégué, commercial et technique de la Région Wallonne. L’autorité compétente rendra sa décision pour cette fin d’année. Et la Ville de Namur d’espérer "un soutien de cet avis négatif afin de proposer une nouvelle mouture plus en adéquation avec l’environnement proche".