11 novembre: le souvenir, ça s’entretient, à Namur

Entretenir les tombes des soldats et victimes de la guerre, c’est un contrat moral mais aussi financier. Et c’est assuré par les pouvoirs publics, de la Ville jusqu’au fédéral. Explications. 

Samuel Husquin
 L’entretien du cimetière sera garanti par l’État… pour l’éternité. «C’est un contrat moral.»
L’entretien du cimetière sera garanti par l’État… pour l’éternité. «C’est un contrat moral.» ©ÉdA – Florent Marot

Des tombes impeccablement entretenues et alignées, une pelouse qui ferait verdir de bonheur un gazon anglais, une propreté totale… Le cimetière militaire de Champion, là où sont enterrés 523 soldats belges et français victimes de la Première Guerre mondiale, est un émouvant témoin du passé.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.