Des dizaines de cheminots manifestent depuis la gare de Namur (vidéo)

Un cortège de plusieurs dizaines de travailleurs de la SNCB a démarré ce mercredi matin de la gare de Namur pour rejoindre les bâtiments de la CGSP.

Samuel Husquin
 L’action portée par la CGSP-cheminots de Namur relaie aussi des craintes liées au nouveau contrat de gestion de la SNCB
L’action portée par la CGSP-cheminots de Namur relaie aussi des craintes liées au nouveau contrat de gestion de la SNCB ©- 

Ce mercredi matin, plusieurs dizaines de cheminots ont manifesté dans les rues de Namur, constituant un cortège qui a démarré de la gare à 10h30 pour se rendre jusqu’aux locaux du syndicat CGSP, rue de l’Armée Grouchy. "Environ 80% du personnel a débrayé, indique Johan Jacobs, permanent CGSP-cheminots, principalement le personnel de cabine, qui représente 35 personnes." Cet arrêt de travail a pour conséquence directe une paralysie complète du réseau sur l’ensemble des provinces de Namur et du Luxembourg ce mercredi.

L’action se déroule dans le cadre de la grève nationale de ce 9 novembre mais, les motivations des manifestants ne concernent pas uniquement les questions d’inflation et de pouvoir d’achat. Le syndicat namurois relaie aussi des craintes liées au nouveau contrat de gestion de la SNCB. Celui-ci n’est pas encore signé et cela suscite des craintes au sein du personnel, explique Johan Jacobs: "On redoute un plan d’économies qui implique des réductions du nombre de trains, et donc des réductions de personnel." Une stratégie qui serait en contradiction avec les réalités de terrain et notamment la demande des usagers, estime-t-on du côté syndical: "3,5% des besoins de trains ne sont pas rencontrés."

Au niveau namurois, un plan d’économies pourrait impacter plus spécificiquement l’atelier de Salzinnes, qui assure l’entretien des trains pour l’ensemble du réseau à l’échelle du pays.

Pour le permanent CGSP, il ne faudrait pas non plus que le nouveau contrat de gestion décide de supprimer certaines lignes moins rentables car moins fréquentées: "Ces lignes gardent un intérêt et une importance dans certaines situations. Par exemple une ligne comme Jemeppe-Gembloux, qui draine un moins grand nombre de navetteurs, reste très utile comme alternative quand il y a un souci sur la ligne principale Namur-Gembloux-Ottignies. Avec les vols de câbles, entre autres, ce n’est pas si rare. Il faut tenir compte de ces cas de figure dans la vision globale."