La piscine de Jambes fermera au printemps pour plus d’un an

Lundi soir, les Jambois étaient conviés à une réunion brossant les chantiers à venir dans la localité. Il y a notamment été question des travaux de rénovation de la piscine de Jambes. Ceux-ci débuteront au printemps. Le bassin devrait être à nouveau accessible fin 2024 au plus tard.

B.L.
 La piscine de Jambes sera en proie à d’importants travaux qui débuteront l’an prochain.
La piscine de Jambes sera en proie à d’importants travaux qui débuteront l’an prochain. ©EDA

La nouvelle ne réjouit pas les nageurs. Et pourtant, ils doivent se faire une raison. La piscine de Jambes fera prochainement l’objet d’une rénovation en profondeur. Il est question de remettre le bâtiment aux normes énergétiques, de procéder à une étanchéisation complète du bassin et de le doter d’un dispositif optimal pour accueillir les personnes à mobilité réduite. Une nécessité. "La législation wallonne a changé à trois reprises en 10 ans. La piscine de Jambes date de la fin des années 70", a dit l’échevin du Patrimoine Tanguy Auspert (Les Engagés), lors d’une réunion à laquelle étaient conviés les citoyens, lundi soir.

Il faut notamment disposer de zones bien distinctes pour les "pieds secs" et les pieds mouillés ". Ce qui nécessite un gros travail logistique dans les vestiaires jambois. À terme, leur capacité sera cependant augmentée de quatre unités.

Quitte à rénover, autant mettre un grand coup pour éviter les fermetures à répétition en raison de couacs techniques ou sanitaires. Pour rappel, la piscine de Jambes est restée close de longs mois cette année suite à la présence de légionelle. Le genre d’aléas qui ne se produira plus après transformations, a garanti David Windels, chef du service bâtiment et énergie à l’Inasep.

Le calendrier est désormais fixé. Le cahier des charges relatif aux travaux de rénovation devrait être rédigé pour la fin de l’année. Le marché public pourrait ainsi être lancé début 2023. Si les timings de procédure sont tenus, le chantier débuterait au printemps prochain. Fin espérée entre juin et décembre 2024.

Estimé à 6 millions € en décembre 2020, le coût des opérations avoisine aujourd’hui les 8 millions, en raison du contexte économique.