Floreffe: comment ce self-garage permet aux automobilistes d’économiser de l’argent

À Floreffe, près de Namur, un garage invite les clients qui le désirent à faire des économies en les laissant s’occuper eux-mêmes (ou presque) de l’entretien de leur voiture.

Alan Marchal
 Julien-Pierre Dembus, un des deux propriétaires de «My Self Garage», conseille ses clients qui mettent les mains dans le cambouis.
Julien-Pierre Dembus, un des deux propriétaires de «My Self Garage», conseille ses clients qui mettent les mains dans le cambouis. ©EdA - Alan MARCHAL

Parce qu’ils savent qu’entretenir et réparer une voiture peut coûter très cher, deux amis namurois actifs dans le secteur automobile proposent aux clients de leur garage de faire des économies… en mettant eux-mêmes les mains dans le cambouis.

VIDEO | Comment entretenir sa voiture à moindres frais

"Chez nous, les gens peuvent épargner de l’argent en travaillant directement sur leur voiture, explique Julien-Pierre Dembus, un des deux propriétaires de" My Self Garage ", à Floreffe. Concrètement, depuis cinq ans, mon partenaire Nicolas (Sottiaux, NDLR) et moi-même réservons une place dans notre hangar à ceux qui souhaitent travailler seuls sur leur véhicule dans un milieu professionnel. De cette façon, ils bénéficient d’un matériel adapté et de nos conseils tout en économisant sur la main-d’œuvre."

Déjà très répandu aux États-Unis et en France, le concept reste assez marginal en Belgique. Pourtant, la demande est grande, assure Julien-Pierre Dembus. "Le public aime bien l’alternative qu’on propose. Depuis le confinement, on sent qu’il y a un véritable intérêt. À l’époque, les gens voulaient profiter de leur temps libre pour apprendre des choses nouvelles, comme la mécanique automobile. Mais depuis quelques mois, c’est plutôt la crise économique qui pousse les clients à passer la porte." Du féru de mécanique "qui a juste besoin d’un pont pour ne pas se casser le dos quand il travaille" à la conductrice occasionnelle "qui souhaite faire quelques économies" en passant par le petit jeune "qui peaufine ses connaissances sur son premier véhicule", "My Self Garage" ne désemplit pas depuis deux ans.

Un win-win

"Quand les gens vont en concession, ils ne comprennent pas la moitié des intitulés annotés sur leur facture, poursuit le co-propriétaire du garage floreffois. Ici, en mettant la main à la pâte, ils comprennent ce qu’ils font et visualisent mieux ce que les garagistes font réellement sur leur voiture." Une sorte de win-win qui, en plus, doit permettre de limiter les grosses dépenses...

En effet, pour peu que les clients de "My Self Garage" ne surestiment pas trop leurs compétences et ne s’entêtent pas dans leurs erreurs, ils peuvent espérer économiser quelques dizaines d’euros lors de chaque passage. "En gros, on ne demande que 25 euros par heure pour toute réservation d’un emplacement. Chez un professionnel, la main-d’œuvre tourne en moyenne à 50 euros de l’heure, hors TVA. Faites le compte et vous verrez que c’est souvent plus intéressant de travailler soi-même sur sa voiture, surtout si vous enchaînez les heures. Car, même si vous allez forcément moins vite qu’un professionnel, il y a un tas de petites interventions qui peuvent se faire rapidement."

Persuadé que l’huile de coude peut faire gagner de l’argent et que son concept tient la route, Julien-Pierre Dembus refuse pourtant de critiquer la concurrence. "La mécanique automobile n’est pas une affaire de spécialistes. Tout le monde peut s’y essayer. C’est pourquoi nous croyons dans ce que nous proposons. Mais évidemment, il faut aussi comprendre que rien ne remplacera jamais le savoir-faire d’un garagiste dont c’est le métier. D’ailleurs, nous n’hésitons pas non plus à reprendre la main et à remonter notre taux horaire quand on sent qu’un client est dans l’impasse. Tout est question d’équilibre." Histoire, quand même, que la sécurité des conducteurs soit garantie à leur départ.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...