Homicide de Nico Becker à Lonzée : Gaëtan Legros aurait fait part de ses intentions

Mercredi, la chambre du conseil de Dinant a confirmé pour un mois le mandat d’arrêt d’Alix Verbruggen pour assassinat et incendie volontaire. Quelques heures avant de tirer les coups de feu qui ont coûté la vie à Nico Becker, Gaëtan Legros, le principal suspect, l’aurait informé de son projet. Son rôle exact dans l’affaire reste obscur.

La Rédaction de L'Avenir
 Le corps de la victime avait été découvert lundi dernier à l’arrière de son véhicule incendié à l’abri des regards.
Le corps de la victime avait été découvert lundi dernier à l’arrière de son véhicule incendié à l’abri des regards. ©ÉdA-Vincent Lorent 

Après Gaëtan Legros mardi, la chambre du conseil de Dinant a confirmé ce mercredi, pour un mois, le maintien en détention d’Alix Verbruggen, le deuxième homme poursuivi en tant que coauteur pour l’assassinat de Nico Becker, le 8 août dernier.

Pour rappel, lors de ses premières auditions, Gaëtan Legros est passé aux aveux. L’homme né en 1992 a reconnu être l’auteur des deux coups de feu qui ont coûté la vie au Jemeppois de 21 ans, tout comme avoir incendié le véhicule dans lequel la dépouille de ce dernier a été retrouvée à Lonzée. Néanmoins, à ce stade, le rôle exact d’Alix Verbruggen dans cette affaire est bien moins limpide.

Selon son avocat, MeSine, le Gembloutois né en 1995 est un ami d’enfance de Gaëtan Legros. Proches, les deux hommes travaillent dans la friterie de ce dernier à Beuzet. Ils habitent également au sein du même immeuble à appartements."Au matin des faits, Monsieur Legros a fait entrer mon client dans sa chambre. Là, il l’a informé de son projet, indique l’avocat.Mais mon client n’a jamais pensé qu’il le mettrait à exécution."

C’est au cours de cette même discussion que Gaëtan Legros aurait confié à Alix Verbruggen être victime de menaces de racket par Nico Becker. »Des menaces qui apparaissent d’ailleurs crédibles puisqu’il semblerait que la victime aurait exigé les recettes d’un autre établissement de la région », poursuit l’avocat.

Selon nos informations, des investigations doivent encore confirmer ou non cette piste.

Pas un mot

Quelques heures après cet échange, Nico Becker s’est rendu au domicile des deux hommes. Une rencontre prévue, comme l’ont révélé les analyses de la téléphonie et l’audition du principal suspect. À son arrivée, il aurait salué Alix Verbruggen qui se trouvait à l’extérieur, à l’arrière de l’habitation."Ils ne se sont pas échangés un mot, les choses sont allées trop vite", relate MeSine.

Depuis l’étage, Gaëtan Legros a tiré sur la victime au niveau du thorax, avant de descendre se saisir d’une autre arme, et tirer une seconde fois sur Nico Becker, à bout portant, dans le crâne. La présence d’Alix Verbruggen à l’extérieur de l’habitation au moment précis de l’arrivée de Nico Becker était-elle prévue?"Selon mon client, rien n’était scénarisé. En l’état, Monsieur Legros valide cette version."

Le déroulé du reste des événements de la journée du 8 août est plus flou."Il y a des contradictions dans les différentes versions", concède Me Sine sans plus de commentaires.

Seule certitude, Gaëtan Legros ne pouvait à la fois conduire le véhicule de la victime jusque dans le bois de Lonzée où il a été incendié et celui de son frère, repéré dans les environs grâce à des caméras ANPR. »Les images doivent encore être analysées de façon approfondie pour savoir qui conduisait quel véhicule », avait précisé mercredi dernier, en conférence de presse, Vincent Macq, le procureur du roi.