Une décennie de contestation pour Marcel et compagnie

Les membres du collectif de défense du square Léopold, aujourd’hui Ramur, ont réservé un comité d’accueil au promoteur Besix lundi soir. Cela fait 10 ans que Marcel Guillaume mène la fronde.

B.L.
 Dix ans plus tard, les calicots qui prônent une autre destinée pour le square Léopold sont toujours de sortie.
Dix ans plus tard, les calicots qui prônent une autre destinée pour le square Léopold sont toujours de sortie. ©ÉdA – Florent Marot

"On est un peu plus fatigué mais on est toujours là." Des centaines de réunions, de débats, de distributions de tracts et de slogans plus tard, Marcel Guillaume incarne encore et toujours l’opposition au projet de centre commercial. "Pour nous, c’est un moment symbolique, dit-il. En août de cette année, il y aura tout juste dix ans que le collectif de défense du square Léopold a été créé." De ce vent de contestation a émergé l’ASBL Ramur qui passe au crible l‘ensemble des projets urbanistiques namurois. Les militants se devaient d’être là en prélude de la réunion d’information publique visant LE dossier déclencheur. Une trentaine en tout, banderoles à la main et une pile de flyers sous le bras. "Nos arguments n’ont pas changé. Les enjeux environnementaux, climatiques et les émissions de C02sont encore plus forts aujourd’hui qu’il y a dix ans. Mais ça ne veut pas dire qu’ils seront pris en considération pour autant" , lâche Marcel Guillaume. Et d’ajouter: "On ne se fait pas trop d’illusion."