Cour d’assises de Namur: un seul coup de couteau, par peur, sans intention homicide selon la défense

L’avocate de l’accusé Bernard Marchal parle d’une dramatique bagarre entre les deux frères. Pas d’un meurtre.

J. Do.
 L’avocate de Bernard Marchal, MeFery, a défendu la thèse des coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.
L’avocate de Bernard Marchal, MeFery, a défendu la thèse des coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. ©BELGA 

Pour Me Fery, avocate de l’accusé, il y a bien eu une bagarre entre Bernard Marchal et son frère Jean-Luc. Il a commis son geste fatal par peur et surtout, il n’y a eu aucun acharnement de sa part car il n’a infligé qu’un seul coup de couteau. L’avocate et son confrère de la défense, Me Maudoux, défendent la thèse des coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, pas le meurtre.