«Je ne bois plus une goutte d’alcool, même pas un Mon Chéri, car c’est impensable, ce que j’ai fait à mon frère»

Bernard Marchal a eu la parole un long moment lors de son interrogatoire, évoquant entre autres son enfance, sa famille, ses compagnes, ses emplois dans le domaine du bois ou encore sa consommation excessive d’alcool. 

J.Do
 L’accusé reconnaît avoir une consommation problématique.
L’accusé reconnaît avoir une consommation problématique. ©HandmadePictures – Fotolia

Le président a passé en revue la vie de l’accusé. Durant son enfance, Bernard Marchal allait déjà travailler au bois avec son père. "C’est comme ça que j’ai appris à travailler" , confie l’intéressé. Il a un diplôme de menuisier et a notamment été employé dans plusieurs entreprises ou scieries à Lesve, Profondeville ou ailleurs dans le Namurois.