Rochefort: il a fallu 24 heures pour éteindre l’incendie dans le zoning

Les opérations d’extinction et d’extraction des déchets ont occupé les pompiers une grande partie du weekend.

S.M. et Belga

Les opérations d’extinction et d’extraction des déchets, dans le cadre de l’incendie qui s’est déclaré vendredi en début de soirée sur le site de l’ancienne marbrerie de Rochefort (lire notre édition de samedi), se sont poursuivies samedi, selon le porte-parole des pompiers de la zone Dinaphi Patrice Liétart. Une quinzaine de pompiers ont œuvré sur place, tandis qu’une grue de la société Lhoist a été réquisitionnée dès vendredi pour démonter le toit du bâtiment touché.

L’incendie a finalement été maitrisé samedi en fin de journée.

Pas de chlore dans les fumées

Les analyses de fumées réalisées par la cellule CBRN (Chemical, biological, radiological and nuclear) de la protection civile n’ont pas permis de déceler de composants toxiques de type chlorés. "Néanmoins, toutes les fumées sont nocives" , rappelle Patrice Liétart.

incendie Rochefort CETT Monseu
incendie Rochefort CETT Monseu

Vendredi soir, en attendant les résultats et vu les importantes fumées noires qui se dégageaient, la Commune et les secours ont invité les riverains à fermer portes et fenêtres des voitures et des maisons, mais aussi à limiter leurs déplacements. Une recommandation également formulée par le bourgmestre de la commune voisine de Marche-en-Famenne. L’alerte a été ensuite levée.

À cause d’un déchargement de billes en plastique

Le site de l’ancienne marbrerie est occupé par la société de traitement des déchets CETT Monseu. "Il n’y a pas eu de blessé mais nous avons subi de gros dégâts , a communiqué l’entreprise samedi soir. Ce feu est indépendant de notre volonté et s’est déclaré suite au déchargement de petites billes en plastique."

"C’est dans des situations pareilles qu’on se rend compte que nous pouvons compter les uns sur les autres , précise CETT Monseu, qui souligne "la solidarité de l’entreprise Cosse à Achêne, grâce à qui nous avons eu une aide précieuse avec la mise à disposition d’hommes et de matériel (tracteur et benne à eau)."

Même si l’origine accidentelle du sinistre ne fait pas de doute, le parquet de Namur a mandaté un expert pour vérifier qu’aucune infraction en matière environnementale n’a été commise.