Namur: le chantier de l'Eldorado aurait dû reprendre en avril

Le promoteur avait indiqué à la Ville une éventuelle reprise des travaux en avril. Rien n’a pourtant bougé rue de Fer.

Bertrand LAni
 Le maintien de la grue sur place coûterait entre 3000 et 5000 € par mois au promoteur.
Le maintien de la grue sur place coûterait entre 3000 et 5000 € par mois au promoteur. ©ÉdA-Vincent Lorent

Il y aura bientôt trois ans que rien ne bouge au n°40 de la rue de Fer. Le chantier de l’Eldorado est toujours à l’arrêt, au grand désespoir des édiles impuissants. "Que peut-on faire? Rien, déclarait l’échevine de l’Urbanisme Stéphanie Scailquin (Les Engagés), lors du dernier conseil communal, en réponse à une question de Thierry Warmoes (PTB). Nous ne disposons d’aucun levier juridique pour contraindre le promoteur (NDLR: GH Group) à reprendre les travaux. Il ne nous reste que les moments d’interpellation, la force de persuasion et de conviction." Et l’échevine d’ajouter: "Ça nous énerve très très fort parce que ça plombe le moral des commerçants et parce que ça rompt la dynamique commerciale de la rue de Fer et de la galerie Saint-Joseph. Nous continuons d’interpeller le développeur à intervalles réguliers."