Namur: Sharko et Ozark Henry en apothéose de 12 h de rock au Verdur

Le samedi 25 juin, le festival Verdur fait sa réapparition à l’agenda après deux ans d’absence. Toujours gratuit, l’événement proposera une affiche riche de quinze artistes et groupes répartis sur deux scènes. Soit 12 heures de musique sans interruption.

Bertrand LANI
 Avec Sharko (à gauche) et Ozark Henry (à droite), c’est tout un pan du rock belge des années 2000 qui sera représenté le 25 juin à la citadelle.
Avec Sharko (à gauche) et Ozark Henry (à droite), c’est tout un pan du rock belge des années 2000 qui sera représenté le 25 juin à la citadelle. ©Vente interdite 

Deux ans, c’est long. Une éternité. L’inoxydable rendez-vous du dernier week-end de juin aura manqué aux amateurs de rock’n’roll namurois. Cette fois, ça y est, le Verdur est de retour. Et cela fait l’effet de retrouvailles avec un vieux pote qu’on n’a pas vu depuis une paye. Le samedi 25 juin est donc à marquer au fer rouge dans l’agenda des férus de musique et des fêtards en général. Ils sont attendus en nombre à la citadelle si l’on se réfère au succès rencontré par les deux précédentes éditions en 2018 et 2019.Déjà symboles d’une renaissance. « Il y avait 4000 spectateurs la première année. 6000 la seconde, confie MichelDegueldre, artisan de la résurrection du Verdur à l’époque. On n’a pas souhaité remettre le couvert l’an dernier dans une configuration limitée à 400 personnes parce que, côté budget, c’était difficilement tenable et parce que ça aurait dénaturé l’esprit du festival dont le but est de rassembler du monde. Ici, c’est un peu le flou. On est face à deux cas de figure. Soit les gens sont demandeurs et ont envie de sortir après deux ans de Covid, soit il y a une certaine frilosité avec la diminution du pouvoir d’achat… Mais on penche plutôt pour la première option. » Si l’organisateur affiche un indéboulonnable optimisme, c’est qu’il mise sur l’un des atouts de l’événement: sa gratuité.