«Les réfugiés ukrainiens sont comme les Belges qui sont partis en 40»

Le 10 mai 1940, voilà tout juste 82 ans, commençait l’exode. Le Beaurinois Louis Limet et sa famille ont été contraints de fuir leur domicile de Bure (Tellin) où ils résidaient à l’époque. Sans savoir de quoi demain allait être fait.

Aurélie Moreau
«Les réfugiés ukrainiens sont comme les Belges qui sont partis en 40»
©ÉdA – 502082481228

Le 10 mai 40, Louis Limet, accompagné de ses deux frères Gaston et Joseph, de sa sœur Marie-Antoinette et de sa maman, Flore, quittent brutalement leur maison. Les Allemands envahissent la Belgique, en passant par Bure (Tellin, province de Luxembourg). Une décision difficile, mais vitale, prise en quelques secondes à peine. Il faut mettre la famille – les enfants ont entre 2 et 6 ans – en sécurité. " Lorsque maman est partie le 10 mai 40, avec une poussette, à pied, mon père était parti prendre son service à 4heures du matin à la halte de Lesterny (Nassogne). À l’époque, il travaillait au chemin de fer comme signaleur ", raconte Louis Limet, qui avait deux ans à l’époque.